Le président de la Fédération américaine de soccer, Carlos Cordeiro, a remis sa démission, jeudi soir, trois jours après que l’organisation eut déposé des documents juridiques discriminatoires affirmant que les joueuses avaient moins de capacités physiques et de responsabilités que les hommes.

Anne M. Peterson, Ronald Blum
Associated Press

La décision de Cordeiro fait en sorte que l’ancienne milieu de terrain américaine Cindy Parlow Cone deviendra la première présidente de l’histoire de la fédération.

Cordeiro a annoncé sa démission par l’entremise d’un gazouillis sur Twitter sans même en informer le personnel des communications de la fédération. Il a démissionné alors que plusieurs membres du conseil d’administration de la fédération ont émis de reproches critiquant les dépôts légaux de l’organisme. Parmi eux, il y avait le commissaire de la MLS, Don Garber, et Cone, alors vice-présidente.

La veille, avant un match contre le Brésil, les joueuses de l’équipe américaine de soccer féminin avaient mis leur chandail à l’envers pendant l’hymne national afin de cacher le logo de la fédération. Plusieurs commanditaires de la fédération ont indiqué cette semaine qu’ils appuyaient les joueuses et qu’ils condamnaient les propos de l’organisme.

« Il est devenu clair pour moi que ce qui est le mieux actuellement, c’est une nouvelle direction, a écrit Cordeiro. Les arguments et le langage contenus dans les documents juridiques de cette semaine ont causé beaucoup de peine et de douleur, en particulier aux joueuses de l’équipe nationale féminine, qui méritent mieux. C’est inacceptable et inexcusable. »

Cordeiro a ajouté qu’il n’avait pas eu l’occasion d’examiner entièrement les documents avant qu’ils soient soumis et qu’il assumait la responsabilité.

« Si j’avais pris le temps d’examiner les documents, je me serais opposé au langage », a-t-il conclu.