(Montréal) Ça fait environ 16 mois que Maximiliano Urruti a quitté Dallas et pris la route de Montréal. Samedi, ce seront ses retrouvailles avec la troisième plus grande ville du Texas.

Michel Lamarche La Presse canadienne

Urruti a joué à Dallas de 2016 à 2018, et il y a connu ses moments les plus prolifiques en MLS. Pendant ces trois saisons, l’Argentin a marqué 29 buts en 95 parties, dont 12 en 2017, la meilleure production de sa carrière.

Lors de sa première année au Texas, il a fait partie de l’édition du FC Dallas qui a réalisé un doublé de prestige en remportant le Supporters’Shield — trophée remis à la meilleure équipe en saison régulière en MLS — et la Coupe des États-Unis Lamar Hunt.

Rencontré jeudi à quelques heures du départ de l’équipe, Urruti a affirmé qu’il s’agissait d’une occasion spéciale.

« Je suis très heureux d’y aller. C’est la première fois que je retourne à Dallas, alors je suis excité », a-t-il déclaré, avec sa réserve habituelle.

Une fois que les émotions se seront dissipées, Urruti tentera de reprendre là où il a laissé samedi dernier, lors du match d’ouverture contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre. Son but, sur un lob de toute beauté à la 80e minute, a permis à la formation montréalaise d’amorcer sa saison avec un gain de 2-1.

D’ailleurs, il en a entendu parler, même depuis sa contrée d’origine.

« Les membres de ma famille en Argentine étaient heureux. Après le match, ils m’ont envoyé des textos et m’ont dit que c’était un but fantastique », a-t-il déclaré.

Urruti a même eu des nouvelles d’un complice et ami cher.

« ’Nacho’ [Ignacio Piatti] m’a texté et m’a écrit ’Mamma mia, quel but !’ »

Dynamique en attaque, l’Argentin a menacé la forteresse adverse en plusieurs occasions cette saison. Lors du match aller contre le Deportivo Saprissa au Costa Rica, Urruti croyait même avoir marqué le troisième but de son équipe avant que l’un des arbitres ne signale une faute contre un joueur de l’Impact.

« On doit avoir des chances de marquer. On doit rester concentrés. On s’est entraîné beaucoup dans ce schéma et ces positions. Ce n’est pas seulement moi, mais Bojan et [Romell] Quioto ont eu beaucoup de chances aussi. »

Selon Thierry Henry, la contribution d’Urruti est indéniable sans nécessairement sauter aux yeux.

« Je le disais lors d’une conférence de presse : Maxi apporte énormément dans le jeu, des choses que vous ne voyez pas », a affirmé Henry jeudi.

« Zach Brault-Guillard a souvent été libéré [samedi] par ses appels, vous ne voyez pas ça. Les appels de Maxi en profondeur pour pouvoir faire descendre leur défense ou prendre l’arrière-gauche pour pouvoir libérer Zach, s’il ne fait pas ces appels, c’est mort. Si vous regardez le match, il a fait énormément d’appels sans avoir le ballon. Mais s’il ne les fait pas, on ne peut pas libérer les autres. »

Le duel de samedi en sera un entre deux formations qui ont amorcé leur calendrier régulier sur une note victorieuse. Le FC Dallas a blanchi l’Union de Philadelphie 2-0 à domicile samedi dernier, même si les visiteurs ont profité de huit corners et tenté 15 tirs vers le filet adverse.

L’Impact n’a encore jamais gagné à Dallas en quatre sorties et a subi des défaites par blanchissage lors de ses deux dernières escales.

« C’est une équipe qui aime jouer au ballon, une équipe très difficile à manœuvrer en général là-bas. On a pu le voir, ils ont réussi à battre une équipe de Philadelphie qui n’est pas facile à manœuvrer », a noté Henry.

« Ça va être difficile. C’est toujours difficile de toute façon en MLS. Il va falloir s’accrocher. Ils ont de très bons joueurs qui peuvent faire la différence. C’est rigide. À nous de faire ce qu’il y a à faire pour pouvoir les contrer. »