Si les blessures causent des soucis à ceux qui en sont victimes, elles peuvent permettre à un joueur méconnu de sortir de l’ombre. Ce pourrait être le cas pour Joel Waterman avec l’Impact de Montréal.

Michel Lamarche La Presse canadienne

Waterman faisait partie de la liste des réservistes lors de chacun des deux matchs de la formation montréalaise en Ligue des champions contre le Deportivo Saprissa.

Au Costa Rica, le 19 février, Rudy Camacho s’est blessé tôt en première demie et Waterman a bénéficié d’une première chance. Une semaine plus tard, c’était au tour de Jukka Raitala de tomber au combat, offrant une autre opportunité au jeune Canadien de se faire valoir sous forte pression.

Lorsqu’il a signé une entente de deux ans avec l’Impact le 14 janvier, journée inaugurale du camp d’entraînement de l’équipe, Waterman ne pouvait se douter qu’il aurait son baptême de feu aussi rapidement dans la MLS.

« C’est sûr que nous avons eu des blessures importantes à Rudy et à Jukka, et je me suis dit que j’aurais ma chance. Je suis le genre de joueur qui essaie de toujours demeurer prêt. Je veux profiter de mon opportunité et je veux continuer de jouer », a déclaré Waterman jeudi, quelques heures avant que l’Impact ne s’envole vers Dallas en prévision de son match de samedi.

Ces blessures, combinées au fait que Thierry Henry fait appel à cinq défenseurs depuis le début de la saison, ont procuré à Waterman une première titularisation, samedi dernier contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre.

Il n’est pas passé inaperçu, récoltant une aide sur le but égalisateur de Romell Quioto tard en première demie grâce à une belle incursion dans la surface de réparation. C’était sa deuxième action du genre dans le match, la première s’étant terminée par un tir qui s’était arrêté sur le dessus du filet adverse.

Lorsque les journalistes lui ont rappelé sa réaction, l’athlète originaire de la Colombie-Britannique s’est montré modeste.

« Je ne peux pas m’attribuer le mérite pour ça, a-t-il lancé. Nous avons regardé des vidéos et nous avions vu qu’ils [les joueurs du Revolution] étaient vulnérables au premier poteau. J’avais tenté ma chance en première demie et j’avais pu mettre ma tête sur le ballon. Je me suis dit que j’essaierais une autre fois dans l’espoir d’obtenir un bon résultat. Romell se trouvait au deuxième poteau pour faire dévier le ballon dans le filet, et ç’a fonctionné », a raconté Waterman.

Invité à raconter comment il s’était senti après avoir inscrit ce premier point en carrière en MLS, le défenseur central de 24 ans a émis des propos qui sonnaient un peu comme ceux du nouveau venu Victor Waynama, la veille.

« Ce n’est pas moi qui importe, c’est l’équipe. Nous avions eu une bonne première demie et j’avais l’impression que [ce but] allait venir. Nous avions eu de bonnes occasions de marquer, et c’était un bon signe de voir le ballon trouver le fond du filet. Sur le plan personnel, c’était une bonne manière de faire mes débuts en MLS. Nous avons gagné et c’est tout ce qui compte. »

Une longue adaptation

Lorsqu’il a signé son contrat avec l’Impact, Waterman venait de parapher, un mois plus tôt, une entente d’une saison avec le Cavalry FC, une équipe établie à Calgary et l’une des meilleures formations de la Première Ligue canadienne en 2019. Du coup, il devenait le premier joueur issu de ce circuit à passer à une autre ligue via un transfert permanent.

Dans son communiqué officiel, la formation albertaine avait indiqué qu’elle ne pouvait refuser à Waterman l’opportunité de jouer sous les ordres d’un homme de soccer de la trempe de Thierry Henry.

« La passion est le premier mot qui me vient à l’esprit », a répondu Waterman lorsque questionné sur le genre d’attitude que cherche à implanter Henry au sein de son équipe.

« Nous voulons défendre en équipe, attaquer en équipe. C’est une culture basée sur le collectif. En fin de compte, nous voulons tous être meilleurs et il est ici pour nous aider à nous améliorer. »

Waterman sait qu’il lui faudra du temps pour maîtriser toutes ses subtilités d’une nouvelle ligue.

« J’ai dû m’adapter à pas mal de choses, à la vitesse du jeu, à un niveau supérieur en termes de constance. C’est une transition qui va durer toute l’année. Les gars m’ont facilité la tâche jusqu’à maintenant et ça va bien. »

Depuis son arrivée, Waterman a trouvé un complice en Luis Binks, qui partage la même position sur le terrain.

« Parce que nous sommes les plus jeunes défenseurs dans l’équipe, nous sommes devenus proches. Nous ne savions pas quel serait notre rôle, mais nous savions que lorsque notre tour allait arriver, nous allions sauter dans la mêlée et tout faire pour livrer la marchandise. Nous sommes un peu semblables à cet égard et nos styles se ressemblent aussi. Nous aimons posséder le ballon, jouer avec sang-froid et lancer l’attaque de l’arrière. »