Samuel Piette a découvert la méthode Thierry Henry avec un léger retard par rapport à ses coéquipiers. Mais après une brève entrée en matière (« Il m’a demandé comment s’étaient passés mon voyage et le match avec l’équipe nationale »), le milieu de terrain a vite décelé un entraîneur et une personne « assez relax ». Il a été frappé par une personnalité à mille lieues du statut de très grand joueur qu’il a été.

Pascal Milano
Pascal Milano La Presse

« Il est très sympathique et facile d’approche. Oui, c’est quelqu’un d’imposant par son passé, mais il va blaguer avec toi en restant toujours professionnel. Ce n’est pas notre ami, mais on peut avoir une discussion. »

Lors des entrevues qu’il a données jusqu’ici, autant aux médias québécois que français, on a d’ailleurs senti un homme conscient de sa mission, après des débuts très difficiles à Monaco, mais heureux de la remplir avec l’Impact. Ce plaisir, à en croire les joueurs, a semblé particulièrement contagieux lors de la première portion du camp floridien qui s’est achevée en milieu de semaine.

Pour commencer, il y a le contenu des entraînements dans lesquels le travail physique s’effectue avec le ballon. Plusieurs entraîneurs passés par Montréal, dont Rémi Garde, ont eu tendance à prendre le chemin inverse en programmant de longues séances d’endurance.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Samuel Piette

« Ça nous change surtout au niveau mental parce que ça revient au même au niveau physique, souligne Piette. On a fait beaucoup de jeux réduits, que ce soit du cinq contre cinq avec les gardiens ou des rondos, c’est-à-dire des cinq contre deux ou des six contre deux. »

Si Henry est encore en début de parcours en tant qu’entraîneur, il ne manque ni de modèles ni d’écoles de pensée sur lesquels s’appuyer. Dans sa carrière de joueur, il a notamment été dirigé par le Français Arsène Wenger, l’Espagnol Pep Guardiola ou le Néerlandais Franck Rijkaard. Sa carrière l’a mené de la France à la MLS en passant par l’Italie et l’Espagne. Laquelle de ces influences Piette, lui-même passé par la France, l’Allemagne et l’Espagne, a-t-il perçue ?

C’est dur à dire, mais avec les entraînements qu’on a faits jusqu’à maintenant et avec l’inclusion du ballon dans les exercices, je dirais qu’il est davantage de l’école espagnole. Les entraînements et les jeux sont basés sur la possession, mais on n’a pas travaillé que ça.

Samuel Piette

Avec un premier match disputé contre DC United, mardi, Henry a bien évidemment abordé la question du dispositif tactique ou des notions majeures comme le pressing. « On a des idées en tête », lance Piette. Toutefois, ce n’est qu’avec l’accumulation des matchs – quatre en 11 jours – à St. Petersburg que le nouvel entraîneur montréalais peaufinera les réglages. Cela dit, le mot « possession » revient souvent dans le discours depuis deux semaines.

« Ce que le coach nous dit, c’est vraiment de sentir le jeu. Oui, on essaie d’avoir un peu plus la possession, mais il faut être intelligent, souligne le numéro 6. Si on est sous pression dans notre camp, il ne faut pas hésiter à lancer la balle à l’avant. On essaie de jouer de derrière, ce qui manquait à l’équipe [lors des dernières saisons], mais nos défenseurs ne joueront pas toujours au sol non plus. »

Du respect 

Après avoir vu plusieurs vidéos de Piette au cours de l’hiver, Henry a pu découvrir la personnalité du milieu défensif dans les derniers jours. Il l’a particulièrement bien cerné en le qualifiant de « pitbull » au micro de TVA Sports. On imagine aussi qu’Henry a saisi que Piette pouvait lui servir de relais dans le vestiaire. Le fait qu’il soit polyglotte et son âge, 25 ans, lui permettent de faire le pont entre les différentes cultures et générations.

« J’ai une certaine facilité pour parler avec tous les petits groupes que l’on peut avoir dans l’équipe, même si j’ai une relation plus naturelle avec les Québécois, reconnaît-il. Je fais des fois le traducteur avec certains et je m’entends bien avec les jeunes qui respectent la hiérarchie du groupe. Ils sont à l’écoute des plus vieux. Je pense que je suis respecté par les autres parce que je respecte tout le monde. »