(Foxborough) Les joueurs de l’Impact de Montréal sont partis tard de Montréal et une fois à Foxborough, ils ont frappé tard. Mais dans chaque cas, les résultats ont été positifs.

La Presse canadienne

Anthony Jackson-Hamel a marqué deux des trois buts de son équipe dans les 11 dernières minutes de la deuxième demie et l’Impact a vaincu le Revolution de la Nouvelle-Angleterre 3-0 mercredi soir au Gillette Stadium.

Shamit Shome, avec son premier en carrière, a ouvert la marque pendant la 79e minute de jeu, profitant d’un cadeau du gardien Cody Cropper, qui a été incapable de garder dans ses mains un coup franc de Daniel Lovitz.

Inséré dans le match pendant la 71e minute à la place de Maximiliano Urruti, Jackson-Hamel a ensuite complété son quatrième doublé en carrière, en marquant à la 85e minute et de nouveau pendant les arrêts de jeu.

« Ça me fait très plaisir pour lui, très honnêtement, a déclaré l’entraîneur-chef Rémi Garde au sujet de Jackson-Hamel. Depuis le début de saison, il a très bien travaillé. Il sait qu’il est un peu dans l’ombre de Maxi, quand je dis dans l’ombre, c’est parce que Maxi est venu ici. Les choses ont été claires avec “Anto” de ma part depuis le début. Honnêtement, il le sait, il a une toute autre attitude dans le travail. »

« Je sais que c’est un joueur, quand il sort du banc, comme ça, et qu’il a un bon état d’esprit, qu’il peut jouer sur des dépenses fatiguées aussi, on sait qu’il peut être efficace. Et je suis très content ce soir qu’il ait pu conclure le travail. Quand je dis conclure le travail, c’est que Maxi avait déjà bien entamé les défenseurs », a ajouté Garde.

Ce gain de l’Impact (4-3-2) lui permet de bondir de la sixième à la deuxième position dans l’Association Est, à trois points du D. C. United (5-2-2), qui a vaincu le Crew de Columbus 1-0 mercredi.

Mais au-delà du pas de géant au classement, l’Impact a signé une victoire digne de mention quand on sait que les joueurs ont quitté Montréal vers Boston à peine sept heures avant le début du match, au lieu de mardi soir comme prévu.

Les conditions climatiques ont gardé l’avion au sol mardi au point où l’équipe a été contrainte de reporter son vol à mercredi matin. Puis, selon l’Impact, des problèmes de nature administrative ont causé un autre retard.

« Il est bon forcément parce que, effectivement, la préparation du match a été plus que compliquée », a déclaré Garde lorsqu’il a été invité à décrire son degré de satisfaction.

« Le groupe a eu la très bonne intelligence de bien réagir, de ne pas s’en servir comme excuse avant de commencer mais comme une bonne motivation. Ça, c’était bien. Je pense surtout qu’ils ont montré que ce soir, quand on a envie de jouer les uns pour les autres, quand on est tous ensemble, ça nous a donné une force collective qui était intéressante à voir sur le terrain. »

Les problèmes de voyage de l’Impact ont même fait réagir l’Association des joueurs de la MLS (MLSPA), par le biais de son directeur exécutif Bob Foose, qui a déclaré, dans un courriel à La Presse canadienne mercredi, que le match aurait dû être reporté.

Il semble qu’une demande en ce sens a été acheminée à la MLS, qui l’aurait refusée selon diverses sources.

Par le biais de son compte Twitter, la MLSPA avait qualifié l’incident de débâcle.

CAPTURE D’ÉCRAN TIRÉE DE TWITTER

« Ce genre de problèmes de voyage avait un impact significatif sur la sécurité et les performances, ce qui devrait être la priorité absolue de toutes les personnes concernées. »

Bien que la formation montréalaise ait concédé un net avantage au niveau de la possession du ballon — à 43,7 % comparativement à 56,3 % — elle a dominé au chapitre des tirs avec 15 en direction de Cropper dont neuf cadrés.

Pendant ce temps, Evan Bush n’a pas eu besoin d’effectuer un seul arrêt alors que quatre tirs du Revolution ont raté la cible et les six autres ont été bloqués.

Pour les hommes de Rémi Garde, il s’agit d’une troisième victoire à l’étranger cette saison, à leur huitième sortie loin de leurs partisans, soit le même nombre qu’en 2018. C’est par ailleurs un premier gain en terrain ennemi depuis le 16 mars à Orlando City.

Ils seront de retour au stade Saputo dimanche après-midi pour un rendez-vous avec le Fire de Chicago.