Source ID:cbcbea69bf963aa0ad5df2ec8deca162; App Source:StoryBuilder

Samuel Piette, l'ambassadeur

Samuel Piette a partagé ses connaissances avec des... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Samuel Piette a partagé ses connaissances avec des joueurs âgés de 10 à 15 ans au stade de soccer de Montréal, hier.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

C'est ce qui frappe avec Samuel Piette. Il a toujours l'air à l'aise.

Il a l'air à l'aise devant les caméras de télévision, devant les micros de la radio, devant les carnets de la presse écrite, devant 1 million de téléspectateurs comme à Tout le monde en parle. Il a l'air à l'aise au milieu d'un terrain de soccer. Et hier après-midi, il avait aussi l'air à l'aise de jouer à l'entraîneur avec des jeunes de 10 à 15 ans au stade de soccer de Montréal.

C'est là qu'on est allé lui parler de son rôle d'ambassadeur de l'Impact et, plus largement, du soccer québécois. L'occasion était trop belle entre deux poignées de main, entre deux «high five», entre deux autographes, entre deux conseils. Un contexte où la vraie nature ressort.

«J'aime vraiment ça. C'est fou parce que c'est une journée, un moment, et pour les jeunes, c'est une grosse affaire. Pour moi, ce n'est pas grand-chose. Je suis capable de leur mettre un sourire dans le visage.» - Samuel Piette

Ils étaient 200 jeunes, invités par Allstate par l'entremise de Soccer Canada et Soccer Québec, à tenter de l'impressionner à chaque drible.

« J'aime vraiment ça », a affirmé le milieu... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

« J'aime vraiment ça », a affirmé le milieu de terrain québécois au sujet de ce type d'activité.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

C'est comme ça que Samuel Piette passait son dimanche de congé, à courir des heures de temps avec les jeunes, le lendemain d'un gros match en plus. C'est comme ça quand tu es devenu le visage d'une équipe et son ambassadeur numéro un en ville, et que tu l'acceptes.

«Il y a beaucoup de demande pour moi, mais j'aime ça. C'est de la bonne visibilité pour le club, pour moi. C'est positif. Ce n'est pas une corvée. Des fois, pas que c'est fatigant, mais il y a des trucs qui arrivent quand je pensais me reposer. Mais l'Impact est très réceptif quand j'ai besoin de prendre une pause. Je ne vois pas ça comme une pression, je vois ça comme une responsabilité que j'ai.»

Nouveau rôle

À l'approche du match d'ouverture de l'Impact, samedi après-midi, Piette était partout. Carrément partout. Cherchez un média à Montréal, il y était d'une manière ou d'une autre. Après six matchs sur la route, une grosse charge physique et psychologique, il aurait pu chercher à se faire plus discret.

Pas Samuel Piette. Il a pris à bras le corps un rôle de plus en plus grand chez l'Impact, autant sur le terrain qu'à l'extérieur. C'est naturel chez lui, explique-t-il, de parler aux médias, d'être présent sur les réseaux sociaux. Il est allé jusqu'à expliquer la réalité de la météo québécoise sur Twitter à une partisane de Columbus qui se moquait de la couleur foin du gazon du stade Saputo.

Sur le terrain, il a joué 3000 minutes l'an dernier, sur un maximum possible de 3060. Toujours avec la même attitude de pitbull. Il se rappelle très bien cette heure de repos, bien involontaire.

«J'étais blessé à Kansas City et j'avais quitté avant la demie. À New York, on perdait 3-0 au Yankee Stadium et ils m'ont sorti avec 8 minutes. J'aurais aimé jouer les 3060 minutes.»

Il est à 630 minutes de jeu cette saison, sur 630 possibles. Il est aussi devenu capitaine adjoint, à 24 ans seulement. Et il est l'un des agents de liaison entre les joueurs et le personnel technique. Quand on lui demande s'il se voyait si vite avec autant de responsabilités, sa réponse sort tout naturellement.

«Non.»

Puis il réfléchit, mais ne trouve rien d'autre à dire. «Non... non.»

«Quand je suis arrivé avec l'Impact [en août 2017], je ne m'attendais pas à avoir un rôle comme ça. C'est une fierté. Ça s'est fait tellement vite. Je voulais arriver, prendre ma place sans faire trop de bruit au début, là je suis assistant-capitaine. Pour moi, c'est une fierté de jouer pour mon club et d'être un membre important.»

Quelque 200 jeunes adeptes du ballon rond étaient... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Quelque 200 jeunes adeptes du ballon rond étaient invités pour l'occasion.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Les conseils de Patrice Bernier

Le lien est facile à faire entre Patrice Bernier et Samuel Piette. Bernier a longtemps été l'ambassadeur du club, la figure de proue du soccer québécois. Quand Piette s'est ajouté à l'effectif, la transition de Bernier à Piette s'est tranquillement opérée. Ce n'était pas une action réfléchie, c'était plus organique, bien que prévisible.

En tout cas, Bernier, lui, l'avait vu venir. Il a donc profité de ses quelques mois avec Piette pour lui transmettre une partie de son savoir. Les deux joueurs sont encore régulièrement en contact, notamment par les événements du club dont Bernier est encore un digne représentant.

«Il m'a dit de m'impliquer le plus possible sans que ça devienne une corvée. Patrice est très humble et naturel, c'est ce que j'essaie d'être. Il me disait qu'on avait un rôle à jouer auprès de la communauté et il m'a un peu légué le flambeau. J'essaie de suivre son chemin. C'est un excellent joueur, un excellent capitaine, et il a fait beaucoup pour le soccer québécois.»

Parlant de soccer québécois, Piette est le produit d'un parcours surtout européen. Il l'avait bien expliqué dans nos pages au moment de son retour à Montréal. Voilà aujourd'hui qu'il partage le terrain avec d'autres Québécois, dont Anthony Jackson-Hamel, Clément Bahiya et Mathieu Choinière, des produits de l'Académie de l'Impact.

«Pour moi, c'est une fierté d'avoir d'autres Québécois sur le terrain. Ce sont des jeunes et ils ont un avenir devant eux. Ils vont faire partie du club, je l'espère, pendant un certain temps. J'ai 24 ans, je vais chercher un certain groupe d'âge, mais les plus jeunes vont chercher d'autres personnes. Ça montre que c'est possible de devenir professionnel à Montréal. Il y a 10 ans, c'était presque impossible. Ça donne de l'espoir aux jeunes.»

Ça donne de l'espoir aussi aux jeunes qui ont foulé le même gazon que Piette hier et qui, grâce à lui, se sont dit que peut-être, moi aussi, un jour... C'est ça, aussi, être un ambassadeur.

Samuel Piette et l'Impact de Montréal disputeront leur prochain match samedi (13h) contre l'Union à Philadelphie




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer