Le milieu de terrain d'Aston Villa, Jack Grealish, a été frappé par un supporter de Birmingham City dimanche, lors du derby entre les deux grands rivaux de la deuxième division anglaise, soit le troisième incident du genre au Royaume-Uni lors des dix derniers jours.

Mis à jour le 10 mars 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

Grealish se trouvait dans la surface de Birmingham, au St Andrew's Stadium, quand un homme est entré sur le terrain pour lui asséner un coup de poing par-derrière, après seulement dix minutes de jeu.

Le capitaine d'Aston Villa s'est écroulé, alors que ses coéquipiers Glenn Whelan et Tammy Abraham se sont précipités pour le défendre. Le milieu, furieux, a tout de même pu reprendre le match.  

« J'étais en train de me mettre en position et j'ai senti un coup sur le côté du visage », a raconté le jeune joueur anglais à l'issue du match. « Il y a évidemment de la rivalité dans le football, mais je ne pense pas qu'il y ait vraiment de la place pour ça. »

Le supporteur a lui été ceinturé par un stadier puis escorté par la police hors du stade de Birmingham City.

Grealish a parfaitement réagi, marquant le but victorieux de l'équipe visiteuse à la 70e minute (1-0). Le milieu offensif en a profité pour sauter dans la tribune des supporteurs de « Villa », écopant au passage d'un carton jaune.

Excuses de Birmingham City

« C'est le plus beau jour de ma vie. Venir ici, en tant que capitaine d'Aston Villa et marquer le but gagnant, c'est ce dont on rêve, surtout pour moi en tant que partisan de Villa », a-t-il lancé.

« À la suite d'un incident survenu sur le terrain, incluant l'agression d'un joueur d'Aston Villa, un homme a été arrêté et il est en route pour une garde à vue », a tweeté la police des West Midlands, peu après l'incident.

Les « Blues » ont immédiatement présenté leurs excuses pour le comportement de leur supporteur, promettant une punition sévère.

« Nous déplorons le comportement de l'individu qui a commis cet acte et soyez assurés qu'il sera banni de St. Andrew's à vie », a écrit le club de Birmingham. « Ce qui s'est passé n'a pas sa place dans le football ou la société. Jack (Grealish) est un garçon de Birmingham et, quelle que soit son allégeance, il n'aurait pas dû être soumis à cela. Il n'y a aucune excuse. »

En Écosse aussi

La Ligue anglaise (EFL) a également condamné « les actions inconsidérées de l'individu » et s'est engagée à travailler avec la Fédération (FA) « pour traiter la question de la sécurité des joueurs et des officiels sur le terrain ». La FA a affirmé qu'elle allait « s'assurer que les mesures appropriées sont prises ».  

Le syndicat des joueurs professionnels (PFA) a demandé une « enquête complète sur l'incident », afin de déterminer pourquoi, dans un match à risques, « un supporteur a pu entrer sur le terrain pratiquement sans difficulté et attaquer un joueur ». « De tels incidents démontrent que certains problèmes n'ont pas été éradiqués et que les joueurs peuvent être particulièrement vulnérables », s'est inquiété le syndicat.

Le « derby de la deuxième ville » (du Royaume-Uni) entre les deux formations de Birmingham est l'un des plus âpres du pays, souvent marqué par des débordements.

Dimanche matin, des groupes de supporteurs se sont affrontés dans les rues, avant que la police n'intervienne.

L'agression de Grealish est la troisième du genre au Royaume-Uni ces dernières semaines.  

Vendredi, le capitaine des Glasgow Rangers, James Tavernier, avait été pris à partie par un fan d'Hibernian, lors d'un match à Édimbourg.

Une semaine avant, des fans d'Hibernian avaient jeté une bouteille en verre en direction d'un joueur du Celtic s'apprêtant à tirer un corner.

En décembre, le joueur de Manchester City Raheem Sterling avait été victime d'insultes racistes de la part de supporteurs de Chelsea.