Zachary Sukunda n'a pas emprunté les chemins les plus faciles depuis la dissolution du FC Montréal (USL). Plutôt que de chercher un plan B en Amérique du Nord, l'arrière latéral s'est trouvé un point de chute en Suède avant de se rendre en Australie. Il est aujourd'hui de retour au pays, avec les Wanderers d'Halifax de la Première Ligue canadienne, en ayant gagné en expérience sportive et en maturité.

Mis à jour le 21 janv. 2019
Pascal Milano LA PRESSE

Comme plusieurs de ses coéquipiers, le natif d'Ottawa a été surpris par la fermeture de la réserve de l'Impact en décembre 2016. Il a aussitôt activé ses réseaux afin de trouver une nouvelle équipe.

«Ça a été un moment difficile, mais j'ai été chanceux de pouvoir rejoindre mon ex-coéquipier Yann Filion en Suède, précise-t-il en entrevue téléphonique. Je n'ai pas pu jouer les premiers matchs parce que j'avais raté une bonne partie de l'avant-saison. Les entraîneurs ne me connaissaient pas et ne me faisaient pas encore confiance. Mais après six ou sept matchs, je suis devenu un partant régulier pour le reste de l'année.»

L'expérience suédoise a duré un an avant un nouveau départ. Et quel départ! Au début de l'année 2018, il a mis le cap sur l'Australie où il a joué pour deux équipes de la National Premier Leagues Victoria, considérée comme la deuxième division: Hume City et Northcote City. Si la Scandinavie est une destination assez populaire parmi les joueurs nord-américains, l'Australie est loin d'être une option courue.

«C'est tellement loin. Par rapport à l'Australie, la Suède était la porte à côté. Mais en étant si loin de ta famille, tu apprends vraiment à être indépendant. Tu es tout seul, tu ne peux pas appeler papa et maman dès qu'il y a un problème. D'ailleurs, la dernière chose que je voulais était que mes parents s'inquiètent au moindre souci, souligne-t-il. J'ai vraiment gagné en maturité durant cette année-là. Je payais mon propre loyer, les factures et tout le reste. C'est comme si j'étais arrivé en Australie à 22 ans et que je l'avais quittée à l'âge de 26 ans.»

Au gré des voyages, il dit avoir fait face à tous les types de football. Pour lui, la Suède était plus technique avec la volonté de multiplier les passes et d'éviter les longs ballons. L'Australie? Cela lui faisait penser à la USL avec un jeu physique même s'il y avait «des joueurs talentueux dans la ligue». D'un point de vue financier, il pouvait vivre convenablement et même économiser un peu.

Mais l'éloignement n'a pas été facile à gérer. Alors quand les contours de la Première Ligue canadienne ont commencé à se dessiner, il a de nouveau pu compter sur ses contacts.

«Quand Halifax a annoncé que Stephen Hart [ndlr : un ancien sélectionneur canadien] allait être l'entraîneur, j'ai contacté l'un de mes anciens entraîneurs qui le connaît bien. Je lui ai fait envoyer mes informations et, après ça, Stephen s'est montré intéressé. On s'est contactés et les choses se sont conclues rapidement.»

Sukunda fait partie des 10 premiers joueurs à avoir été embauchés par les sept équipes de la ligue. Avec lui, on retrouve des joueurs de l'équipe nationale - Nik Legerwood - et d'anciens pensionnaires de la MLS tels Tosaint Ricketts, Kyle Bekker et Kyle Porter. Selon Sukunda, le niveau sera compétitif dès la première année, en 2019.

Il a déjà reçu un accueil chaleureux de la part des partisans de la Nouvelle-Écosse. «Je n'ai jamais mis les pieds à Halifax, mais dès l'annonce de mon embauche, le soutien des fans a été incroyable. J'ai reçu des centaines de messages, j'ai rapidement gagné plus de 400 abonnés sur Twitter et Instagram combinés. Ils me disaient qu'ils étaient impatients de me rencontrer, qu'ils étaient heureux d'avoir une équipe et qu'il y aurait une belle ambiance au stade.»