(Montréal) Lorsque Rémi Garde saluera son homologue du FC Cincinnati avant le match de samedi après-midi sur le terrain du Nippert Stadium, il va peut-être se croire en France pendant quelques secondes. Car il y a de bonnes chances qu’il lui parle dans la langue de Molière.

Michel Lamarche
La Presse canadienne

Dans un geste qui peut paraître étonnant si l’on considère qu’il s’agit d’une formation qui n’a joué que 11 parties et qui en est à sa première année d’existence en MLS, le FC Cincinnati a limogé l’entraîneur-chef Alan Koch en début de semaine et l’a remplacé sur une base intérimaire par Yoann Damet.

Né à Marseille, Damet n’est âgé que de 29 ans, ce qui fait de lui le plus jeune entraîneur-chef — par intérim ou non — à diriger une équipe dans toute l’histoire de la MLS. Avec Garde, il est le seul autre Français à occuper une telle fonction dans la ligue.

« Il a une très grande compréhension du jeu. Il est jeune, c’est vrai, mais au football aujourd’hui, l’âge n’a pas d’importance », a fait remarquer Fanendo Adi, un attaquant du FC Cincinnati plus tôt cette semaine.

« Nous avons tous hâte. Nous savons qu’il peut apporter beaucoup. Tous les joueurs sont derrière lui et nous sommes tous excités de voir ce qu’il peut donner à l’équipe et de l’aider aussi. »

Déjà associé au FC Cincinnati depuis mars 2017, à l’époque où l’équipe évoluait en USL, Damet ne se sentira pas en territoire totalement étranger pour son baptême de feu puisqu’il a passé deux ans au sein de l’Académie de l’Impact de Montréal entre 2015 et 2017. Mais s’il ne reniera probablement jamais son passé, Damet se préoccupe du futur et de sa nouvelle mission, d’abord et avant tout.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

L'entraîneur-chef par intérim du FC Cincinnati, Yoann Damet, a passé deux ans au sein de l’Académie de l’Impact de Montréal entre 2015 et 2017.

« L’attention se tourne vers les joueurs, a déclaré Damet lors de sa première rencontre avec les médias de Cincinnati mercredi. L’important n’est pas moi, mais bien de trouver une solution pour être meilleurs sur le terrain. L’accent portera sur les entraînements et la mise en place de certains concepts afin de renouer avec la victoire. »

Damet aura sans doute du pain sur la planche, car le FC Cincinnati se présentera devant l’Impact au cœur d’une vilaine séquence de 0-6-1 et un seul but marqué pendant ces sept matchs. Sa dernière victoire remonte au 24 mars — 2-0 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre — et le club a subi cinq jeux blancs consécutifs, dont quatre à l’étranger.

La disette sans trouver le fond du filet est maintenant de 531 minutes et laisse le FC Cincinnati avec un dossier global de 2-7-2, à égalité avec la Nouvelle-Angleterre dans la cave du classement de l’Association Est.

Damet fera aussi face à une équipe qui flotte probablement sur un nuage après sa victoire de 2-1 mercredi sur le terrain du Red Bull Arena, un endroit où l’Impact n’avait jamais arraché un seul point en saison régulière en neuf tentatives.

Par contre, les joueurs de l’Impact sont probablement conscients du désarroi dans lequel sont plongés leurs rivaux de samedi et s’attendent à les voir réagir avec un nouveau mentor en place. De plus, il est aussi arrivé à la formation montréalaise d’afficher un visage bien différent d’une partie à l’autre cette saison.

« C’est une victoire qui nous donne beaucoup de confiance, mais parfois, ça peut nous faire mal. Cette année, nous avons gagné des matchs à l’étranger sans être capables de remporter le suivant », a rappelé le milieu de terrain Samuel Piette après la rencontre au New Jersey.

« Nous avons besoin de gagner deux parties d’affilée ou de soutirer quelque chose du match à Cincinnati. Il [le Cincinnati FC] vient de congédier son entraîneur-chef et les joueurs seront certainement très affamés. Notre victoire [contre les Red Bulls] nous procure de la confiance, mais nous ne pouvons nous en satisfaire », a aussi avisé Piette.

L’Impact (6-4-2) se présente à Cincinnati au premier rang du classement de l’Association Est, à égalité avec l’Union de Philadelphie et le D. C. United, mais avec un match de plus au compteur que ces deux formations.

Par ailleurs, les hommes de Garde auront aussi l’opportunité d’établir deux records d’équipe. Ils seront à la recherche d’un cinquième gain à l’étranger lors d’une même saison, et aussi d’une troisième victoire d’affilée à l’extérieur. Ce sont des exploits que l’Impact n’a encore jamais réalisés depuis son arrivée en MLS.