L'Impact de Montréal et son attaquant Michael Salazar sont la cible d'une tentative d'extorsion par un criminel qui exige une importante rançon, sans quoi il menace de diffuser une vidéo de nature sexuelle enregistrée à l'insu du joueur, a appris La Presse.

Publié le 15 avr. 2016
Vincent Larouche LA PRESSE

Le club prend très au sérieux cette affaire, qui a l'allure d'un cas typique de sextorsion, un phénomène en hausse à travers le Québec. « Nous trouvons la situation déplorable et Michael peut compter sur l'appui du club. Nous allons lui apporter la collaboration nécessaire et nous espérons que l'enquête permettra de faire justice », a déclaré la direction.

>> A LIRE DANS LA PRESSE+: notre portrait de Michael Salazar et d'autres cas célèbres d'extorsion pour des vidéos de nature sexuelle

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et le siège social de Facebook, en Californie, ont été appelés à la rescousse afin d'identifier le ou les maîtres chanteurs, selon ce que révèlent des documents judiciaires datés du mois dernier.

En attendant, Michael Salazar veut profiter de la situation pour sensibiliser la population aux arnaques sur l'internet.

« Si ma situation peut à tout le moins sensibiliser les gens face à cette situation, alors quelque chose de constructif en aura résulté », a déclaré l'athlète.

Selon un résumé d'enquête rédigé par l'un des policiers affectés au dossier, c'est le 29 février que tout a commencé. Le mois précédent, Michael Salazar avait été repêché au deuxième tour par le club montréalais. Le joueur de 23 ans a ensuite fait la connaissance « de manière virtuelle » avec une personne qui s'identifiait comme « Julie Larochelle » sur Facebook.

Après quelques échanges, cette dernière a obtenu « une vidéo compromettante de nature sexuelle de M. Salazar ».

Le 1er mars, l'Impact a annoncé qu'il avait mis le jeune attaquant sous contrat. Dès le lendemain, la personne qui avait enregistré la vidéo a décidé d'exploiter la situation.

VIDÉO ENVOYÉE À L'ÉQUIPE

« Le 2 mars 2016, la suspecte "Julie Larochelle" envoie un courriel à l'organisation de l'Impact en joignant un fichier numérique de la vidéo de nature sexuelle. Elle demande d'aviser leur joueur et menace de publier la vidéo s'il ne répond pas à ses demandes à venir », relate l'enquêteur. Il était question d'une rançon à payer pour que la vidéo reste privée. La Presse n'a pu confirmer la somme exigée.

La police a été appelée et a ouvert une enquête pour extorsion. Le dossier a été confié à la Section des crimes technologiques, qui a recueilli le témoignage de Michael Salazar. Celui-ci a raconté avoir été ciblé par plusieurs demandes d'inconnues qui voulaient devenir « amies » sur Facebook récemment. Il aurait échangé avec une seule d'entre elles et se serait fait piéger.

La tournure de l'affaire s'est avérée très pénible pour le joueur. « La vie professionnelle et personnelle de la victime en est très affectée », confirme le document du SPVM.

Les enquêteurs ont donc demandé à la direction de Facebook de fournir toutes les informations sur les comptes des personnes inconnues qui avaient ainsi approché l'attaquant de l'Impact, dont la soi-disant « Julie Larochelle ».

RÉACTION

Ce modus operandi, appelé « sextorsion », est en croissance au Québec. L'an dernier, l'organisme Cyberaide.ca rapportait une hausse de 40 % des signalements de jeunes ciblés par ces pratiques. En septembre, la Sûreté du Québec affirmait que le « chiffre noir » des victimes, c'est-à-dire celles qui n'osent pas porter plainte, est considérable.

Mais la police fait des progrès en la matière. En janvier, La Presse révélait que pour la première fois, deux maîtres chanteurs africains avaient été condamnés à la prison en Côte d'Ivoire à la suite d'une plainte portée au Québec. Un garçon de 18 ans d'Asbestos était tombé dans leurs griffes, en se laissant filmer dans des positions compromettantes. Les escrocs avaient ensuite tenté de lui soutirer une rançon qu'il n'arrivait pas à payer entièrement. Il s'est suicidé en laissant une lettre qui racontait toute sa mésaventure. 

Grâce à la collaboration étroite entre la Sûreté du Québec et la police de Côte d'Ivoire, les suspects avaient pu être épinglés à l'autre bout du monde. Dans le cas du joueur de l'Impact, les policiers croient aussi possible de mettre le grappin sur le ou les suspects, même s'ils se trouvent hors du Québec.