Source ID:; App Source:

Arsenal remporte la Coupe d'Angleterre

Les Gunners décrochent leur onzième «Cup» et rejoignent... (PHOTO EDDIE KEOGH, REUTERS)

Agrandir

Les Gunners décrochent leur onzième «Cup» et rejoignent Manchester United en tête des clubs les plus titrés de l'épreuve.

PHOTO EDDIE KEOGH, REUTERS

Colin DRONIOU
Agence France-Presse

Arsenal a mis fin à neuf longues années sans titre en battant Hull en prolongation (3-2 a.p.) en finale de la Coupe d'Angleterre, samedi à Wembley, en souffrant pour remonter un handicap de deux buts.

La victoire en 2005 contre Manchester United a enfin une petite soeur après l'invraisemblable échec de 2011 en Coupe de la Ligue contre Birmingham.

Les Gunners, quatrièmes en championnat après avoir longtemps cru au titre, décrochent leur onzième «Cup» et rejoignent Manchester United en tête des clubs les plus titrés de l'épreuve.

Dès lundi, Arsène Wenger, arrivé à Londres en 1996, pourra arborer un grand sourire pour parapher une prolongation de contrat qui traîne depuis trop longtemps alors que son engagement expire en juin.

Pourtant, son équipe a encore failli sombrer et perdre sa troisième finale d'affilée (avec celle de 2006 en Ligue des champions) en se retrouvant menée 2-0 dès la 8e minute de jeu.

L'entame mordante des Tigers, seulement 16e de Premier League et déjà battus 2-0 puis 3-0 cette saison par leurs adversaires, a fait des dégâts dans la fébrile défense londonienne.

À l'issue de coups de pieds arrêtés bien exécutés, Chester (4) et Davies (8) ont profité de leur supériorité dans le jeu aérien pour faire prendre le large à leur équipe.

Avec Alex Bruce, le fils de l'entraîneur Steve, le trio défensif a d'ailleurs livré une première période de haut niveau avant de «muscler» son jeu.

Égalisation splendide de Cazorla

Sans la présence du défenseur Gibbs sur sa ligne, Hull aurait même pu achever son adversaire dès la 12e minute.

Mais l'égalisation splendide et rapide de Cazorla (17) sur coup franc direct a empêché son équipe de plonger.

Celle-ci a alors pris le contrôle des opérations, mais s'est montrée trop imprécise.

Elle a aussi eu le malheur de tomber sur un adversaire truqueur, désireux de gagner du temps, et sur un arbitre qui a laissé faire, refusant même de siffler par trois fois un penalty qui s'imposait (59, 68, 80).

Koscielny, coupable en 2011 contre Birmingham d'une erreur fatale en fin de match, a cette fois offert la prolongation aux Londoniens en reprenant un corner renvoyé d'abord par Sagna puis dévié par Giroud (71).

L'entrée de Sanogo à la place de Podolski a ensuite permis à Arsenal d'accentuer son emprise.

Et Giroud, après avoir touché la barre, a fini par marquer d'une talonnade le but de la victoire à Ramsey (108), le meilleur joueur du match. Même si une bévue du gardien Fabianski, finalement préféré à Szczesny, aurait pu prolonger le suspense (116).

Cela aurait été bien payé pour Hull, un club qui n'a jamais rien gagné. Car après leur entame parfaite, les hommes de Steve Bruce n'ont plus jamais cherché à construire le jeu jusqu'aux dernières minutes un peu débridées.

Pour se consoler, les Tigers, pas loin de renouveler l'exploit de Wigan en 2013 contre Manchester City, découvriront l'Europa League à l'automne.




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer