Quand il s'agit de résumer les dernières semaines de l'Impact, le mot frustration revient souvent dans le vocabulaire des joueurs. Lors de cette succession de mauvais résultats, les deux dernières défaites tout particulièrement ont laissé un goût amer. Face à un DC United en totale perdition, les Montréalais ont été coulés par des erreurs individuelles alors qu'à Chicago, ils ont payé une autre entame de match difficile. Au moment de l'année où chaque point vaut son pesant d'or, l'Impact doit se servir de la visite de DC United, demain au stade Saputo, pour relancer son été.

Mis à jour le 16 août 2013
Pascal Milano LA PRESSE

«À Chicago, tout le monde était énormément frustré en rentrant au vestiaire parce que nous savions que nous étions la meilleure équipe sur le terrain cette journée-là, a révélé Jeb Brovsky. La bonne chose est que nous avons le match de demain pour encore prouver ce dont nous sommes capables.»

Après avoir commencé la semaine d'entraînement en douceur, l'Impact a haussé de rythme, hier, avec une séance de près de deux heures. Outre les exercices traditionnels, les joueurs ont abondamment travaillé les décalages sur les ailes et les centres. Il faut dire qu'après un bon début d'année dans les couloirs, les performances des Sanna Nyassi, Andres Romero, Andrea Pisanu - dont la dernière apparition remonte au 13 juillet - et Justin Mapp ont bien pâli depuis quelque temps.

«On avait une belle qualité, à un moment donné, où on était capable de déborder et de jouer par les ailes ou au milieu, ce qui nous rendait imprévisibles, a rappelé Patrice Bernier. Il faut retrouver cet aspect, écarter le jeu et permettre à tout le monde de contribuer dans le match. On a vu à Chicago qu'en allant vers les ailes, cela nous a permis de revenir de l'arrière.»

Deux retours?

Dennis Iapichino pourrait très bien commencer le match de demain. Pas sous les couleurs de l'Impact, mais bien de DC United qui, à la surprise générale, a décidé de le réclamer au ballottage, hier. «Nous sommes heureux d'ajouter un latéral gauche de qualité, a indiqué le directeur général de DC United, Dave Kasper, dans un communiqué. Il possède de belles habiletés techniques et il est très intelligent tactiquement.»

Figure populaire dans le vestiaire montréalais, le Suisse a reçu l'appui de ses ex-coéquipiers qu'il recroisera finalement bien plus tôt que prévu.

«Parfois, le football est étrange. Mais je veux d'abord lui souhaiter la meilleure des chances parce qu'il était mon coéquipier et qu'il est aussi mon ami, a mentionné Matteo Ferrari. Je suis heureux qu'il soit dans un autre contexte parce qu'il a besoin de jouer et je pense qu'il fera bien à DC.»

«Même si on espère que ça ira pour lui comme joueur et individu, on espère quand même qu'il n'aura pas de succès, demain», a nuancé Jeb Brovsky en souriant.

Andrew Wenger pourrait également retrouver les partisans montréalais après avoir raté les deux derniers matchs en raison d'une blessure à un orteil. Sa présence sur le banc dépend largement du choix tactique de Marco Schällibaum. Si l'Impact évolue avec un seul attaquant, Daniele Paponi et Wenger s'assiéront-ils tous les deux sur le banc?

«Je dois prendre 18 joueurs, mais je ne peux pas prendre tous les joueurs offensifs, a expliqué Schällibaum. Je dois faire un mélange sur le banc car j'ai aussi besoin de joueurs derrière s'il y a un problème en défense ou en milieu. Mais Andrew va bien et il reste une option.»

***

À guichets fermés?

Le match contre DC United, demain, sera-t-il disputé à guichets fermés? Hier matin, seulement 2000 billets étaient encore disponibles pour cette 23e rencontre de la saison. «On espère que, samedi [demain], on aura notre deuxième salle comble de la saison. Ce sera aussi notre quatrième match avec plus de 20 000 spectateurs. Cela s'oriente bien et on sent que l'appui des gens est là», a mentionné le premier vice-président du club, Richard Legendre.

Si la vente des billets individuels connaît une belle progression depuis les premiers jours du mois de juin, le renouvellement des abonnements de saison va aussi bon train. En un mois, 40% des abonnés ont déjà décidé de rester fidèle au club en vue de la saison 2014. Au total, l'Impact espère toujours atteindre la barre des 10 000 détenteurs d'abonnements de saison.

«Notre objectif en terme de taux de renouvellement est de 85% et on est presque à mi-chemin, a révélé M. Legendre. L'an dernier, on a fait 74%, ce qui nous avait déçus même si on nous avait dit, dans la ligue, qu'une telle baisse arrivait régulièrement entre la première et la deuxième saison.»