Toute discussion sérieuse sur l'identité du joueur par excellence de la saison doit comporter le nom de Mike Magee, attaquant du Fire de Chicago que l'Impact affronte, ce soir, dans l'Illinois (20h30). Surnommé monsieur Novembre pour sa propension passée à marquer au bon moment en séries, avec le Galaxy de Los Angeles, il a su raviver la flamme du Fire depuis plus de deux mois.

Mis à jour le 10 août 2013
Pascal Milano LA PRESSE

Arrivé par voie de transaction, l'Américain de 28 ans a marqué dans 8 des 10 matchs qu'il a disputés avec Chicago. Résultat? Le Fire a délaissé son 4-2-3-1 pour un 4-4-2 avec Magee et Chris Rolfe légèrement en retrait, et a remporté cinq matchs lors des huit derniers duels de MLS. Pour Troy Perkins, cette remontée est totalement à mettre à l'actif de Magee. Selon lui, il a permis au Fire de croire de nouveau en ses moyens.

«C'est un joueur de qualité et un bon gars autant sur le terrain qu'à l'extérieur, a ajouté le gardien montréalais. Il peut ne rien faire du match puis, tout à coup, marquer un but décisif venu de nulle part.»

Aucun joueur montréalais ne connaît Magee aussi bien que Justin Mapp. Avant de devenir professionnels, les deux hommes se sont côtoyés à Bradenton, en Floride, dans le cadre du programme de développement de la Fédération américaine. Si, au cours des dernières années, le numéro 9 a alterné entre une position de milieu extérieur et d'attaquant, il était déjà, à la base, attiré par le but.

«Mike est un gars décontracté qui a énormément apporté au Fire et qui a amené de la vie en marquant beaucoup», a d'abord souligné Mapp qui, lors de ses deux premières années à Chicago, a été hébergé par la famille de Magee. «C'est un joueur talentueux qui est toujours bien placé et qui est extrêmement adroit devant le but.»

Magee, aussi surnommé Magic Mike, a donc apporté sa touche offensive à un club qui avait attendu le quatrième match de la saison pour inscrire son premier but. Parce que le joueur désigné, Sherjill MacDonald - avec son salaire garanti de 487 125$ -, est une énorme déception et parce que le milieu de terrain totalement remanié, cet hiver, a mis un certain temps à fonctionner, le Fire avait besoin d'un coup de pouce extérieur. Un coup de pouce qui, en tant que vétéran respecté, peut aussi prendre ses responsabilités en disant les quatre vérités à ses coéquipiers. Comment aborde-t-on un match contre le meilleur buteur de la MLS (14 buts) qui semble réussir tout ce qu'il entreprend?

«C'est vrai que c'est un joueur-clé, quelqu'un qui est très intéressant et très opportuniste. Il a toujours des occasions et il marque, a jugé Marco Schällibaum. Mais comme on a vu lors des derniers matchs, si tout le monde fait le travail défensif, on peut aussi gérer Magee.»

Un ou deux attaquants?

Le défenseur central Adrián López ne fera toujours pas ses débuts, ce soir, tandis qu'Hernán Bernardello s'est lui-même déclaré bon pour le service après avoir disputé l'ensemble du match, mercredi. Schällibaum devra donc trancher en envoyant soit deux attaquants, soit une seule pointe, comme lors des dernières minutes de la rencontre de Ligue des champions. Patrice Bernier avait alors fait son entrée en jeu, en soutien de Marco Di Vaio.

«Si je suis un peu plus avancé, c'est une autre façon de jouer. Il faut juste s'adapter, ce qui veut dire qu'il y a moins de travail défensif à faire, a indiqué le Québécois. Sur le plan offensif, il y a aussi d'autres aspects à retrouver, mais avec Bernardello qui est à l'aise en possession, ça fait plus de gars qui peuvent jouer avec le ballon et on pourra mieux contrôler le milieu de terrain.»