À lui tout seul, Marco Di Vaio a marqué davantage de buts que l'ensemble des joueurs du DC United, en 2013. Dans un contexte qui rappelle celui du début de la présente décennie, le club de Washington vit une saison cauchemardesque et la perspective de participer aux séries s'est évaporée depuis très longtemps.

Mis à jour le 3 août 2013
Pascal Milano LA PRESSE

Dans le cas du DC United que l'Impact affronte samedi soir (19h30), les chiffres ne mentent donc pas. Dwayne De Rosario et compagnie n'ont récolté que 10 points en 21 matchs en plus de constituer la pire attaque de l'Amérique du Nord avec 10 buts. Et ils peuvent remercier Chivas USA qui occupe le rôle de la défense la plus poreuse devant eux. À ce fiasco comptable s'ajoutent les petites phrases assassines dont celles de De Rosario qui, la semaine dernière, a mis en doute l'envie de gagner de certains de ses jeunes coéquipiers. La blessure de Chris Pontius (jambe) est aussi un facteur, lui qui, au lieu de vivre une réadaptation normale, a été contraint de participer aux activités du match des Étoiles par le commanditaire principal du club.

Devant cet adversaire à terre qui serait heureux de tendre un piège, l'Impact reste tout de même méfiant. «Ce ne serait pas bien de penser que l'on affronte les derniers au classement, a expliqué Di Vaio. Ce sera très difficile là-bas, car maintenant, ils cherchent à gagner le plus de matchs possible jusqu'à la fin de l'année. Ils ont sûrement l'envie de mieux faire.»

«D'abord, ils ont de très bons joueurs dans l'équipe, a ajouté Davy Arnaud. Ensuite, ils sont plus ou moins hors du portrait pour les séries et ça peut être dangereux d'affronter une équipe qui n'a plus rien à perdre et qui peut jouer de façon libérée. Ce ne sera pas différent des autres matchs à l'extérieur.»

On ne peut toutefois pas accuser DC United de ne pas réagir immédiatement. Ben Olsen et la haute direction ont déjà décidé de rajeunir l'équipe et de miser sur des joueurs américains. Il faut dire que les derniers joueurs désignés - Hamdi Salihi et Rafael - n'ont pas eu beaucoup de succès. L'arrivée de Luis Silva, obtenu dans une transaction avec le Toronto FC, s'inscrit dans cette nouvelle stratégie. Avec succès jusqu'ici puisqu'il a marqué à chacun de ses deux premiers matchs. Il s'agit d'ailleurs des deux seuls buts du DC United en juillet.

«C'est un très bon joueur et, de mon point de vue, Toronto l'a laissé passer, a jugé Patrice Bernier. Il ne cadrait peut-être pas dans leur style de jeu, mais c'est un joueur qui bouge beaucoup, qui est créatif et qui a beaucoup de qualités techniques. Chaque fois que l'on jouait contre Toronto, je trouvais que c'était le joueur le plus dangereux.»

Ce qu'un but apporte...

Au chapitre des buts encaissés, DC United est particulièrement fragile dans la première demi-heure du match, mais aussi dans le dernier quart d'heure. Il n'a également marqué aucun but après la 76e minute de jeu. Tout le contraire de l'Impact qui, encore la semaine dernière, a fait la différence dans le temps additionnel contre le Sporting Kansas City. Même s'il est porteur de soulagement, ce but ne va pas régler tous les problèmes immédiatement, notamment sur le plan de l'animation dans un schéma à un attaquant - qui devrait être reconduit samedi soir. Malgré tout, la défense tient de nouveau le coup.

«Devant deux bonnes équipes [FC Dallas et Kansas City] du haut du tableau, on était bien ressortis en étant solides défensivement, a rappelé Marco Schällibaum. Et cette semaine, j'ai vu que mes joueurs étaient bien à l'entraînement.»

***



Lopez ne remplacera pas Nesta

Il ne faut pas miser sur les débuts d'Adrian Lopez, samedi soir à Washington, afin de pallier l'absence d'Alessandro Nesta, blessé à une cuisse. Après une seule semaine d'entraînement, le défenseur central espagnol progresse, mais il n'est pas encore prêt physiquement à enfiler le chandail de l'Impact.

«Ce sera la décision de l'entraîneur, mais je suis un défenseur et ce n'est pas comme un buteur qui peut entrer pour 10 ou 15 minutes en fin de match», a expliqué le principal intéressé.

À quoi s'attendre de Lopez sur un terrain? Plusieurs de ses nouveaux coéquipiers ont vanté son sens de l'anticipation et sa capacité «à défendre debout», dixit Hassoun Camara. Biello est encore plus enthousiaste après avoir vu l'Espagnol pendant plusieurs séances. «Il lit bien le jeu, c'est un joueur avec une bonne qualité "ballon au pied" et avec une bonne vitesse.»