Le duel de buteurs entre Marco Di Vaio et Jack McInerney a largement tourné en faveur du Montréalais qui a fait trembler les filets à trois reprises dans une folle victoire de 5 à 3 de l'Impact devant l'Union de Philadelphie.

Pascal Milano LA PRESSE

L'Italien a planté sa première banderille dès la 78e seconde de la rencontre en reprenant sans contrôle un centre d'Andrew Wenger. Il a ensuite récidivé sur une ouverture de Justin Mapp, puis un centre d'Andres Romero pour s'offrir un tour du chapeau avec seulement 32 minutes de jeu. Il s'est procuré d'autres occasions, dont une volée qui est passée au-dessus de la cage de Zac MacMath. L'ensemble de l'oeuvre valait bien une ovation des milliers de courageux qui ont bravé le froid et la pluie, hier soir, au stade Saputo. Une foule de 17 104 personnes a été annoncée.

« Je suis content parce que cela faisait longtemps que je n'avais pas marqué trois buts, a indiqué Di Vaio, auteur d'un quadruplé lors de son passage, à Parme. C'est bon pour la confiance, surtout que j'ai aidé l'équipe à gagner le match. »

« Il ne faut pas oublier qu'il s'entend bien avec Andrew (Wenger) qui, de son côté, lui permet d'avoir plus d'espaces, a ajouté Marco Schällibaum. C'est un honneur pour un coach d'avoir un joueur comme Marco. »

Grâce à sa prolifique soirée, Di Vaio a maintenant marqué neuf buts depuis le début de l'année, ce qui lui permet de rejoindre McInerney en tête du classement de la MLS. Au total, le numéro 9 montréalais a inscrit un but toutes les 96 minutes de jeu.

« Je ne pense pas à ça, a répondu Di Vaio sans hésitation. Je veux seulement que chaque but permettre de faire gagner des matchs et remporter quelques points. »

Avant le festival Di Vaio, McInerney, 20 ans, avait aussi fait honneur à son statut en égalisant, à la 5e minute. Après un mauvais dégagement plein axe de la défense montréalaise, Michael Farfan a repéré McInerney, seul dans la surface. Il n'a évidemment pas raté une occasion pareille en trompant Troy Perkins d'un tir croisé.

Deuxième mi-temps à rebondissements

Après une première période largement dominée par l'Impact, l'Union a adopté un visage résolument offensif  après l'heure de jeu. John Hackworth a ainsi lancé Conor Casey et Antoine Hoppenot tout en laissant McInerney et Sébastien Le Toux sur le terrain. La stratégie a immédiatement payé puisque Hoppenot a permis à son équipe de revenir à un but d'écart sur un centre/tir mal négocié par Perkins (69e). Et après une tête victorieuse de Wenger sur corner (74e) - l'Impact a travaillé les coups de pied arrêtés depuis 10 jours -, Le Toux a encore relancé le suspense (85e). Les dernières secondes crispantes dans le camp montréalais se sont finalement conclues par le premier but en carrière de Blake Smith.

« On marquait et ils marquaient à leur tour. Être capable d'inscrire un but dans ces conditions est un souvenir que je n'oublierai jamais, a souligné Smith. Chaque fois que je vais sur le terrain, j'ai toujours plus de confiance en moi. »

Mapp, encensé par Schällibaum après la victoire, a également eu de bons mots pour ses coéquipiers qui ont désormais remporté sept de leurs 11 matchs. Malgré quelques frayeurs, le succès est logique.

« J'ai senti que l'on a contrôlé le match. On a eu une avance de deux buts à deux reprises, mais on les a laissés revenir dans le match. Cela aurait été dommage de les laisser égaliser à la fin, car on méritait les trois points et on a eu les meilleures occasions. »

s.t: Place au Championnat canadien

En attendant les autres matchs, dont Sporting Kansas City-Dynamo de Houston, l'Impact est remonté au deuxième rang de l'Association de l'Est avec 23 points en 11 rencontres. Kansas City sera d'ailleurs le prochain match adversaire montréalais, en MLS, après l'intermède du Championnat canadien, mercredi, à Vancouver.

« Ce soir, on a 23 points et on a pris nos distances sur un rival en vue des séries. C'est important au niveau mental. On a montré que l'on peut marquer des buts et on prêts pour mercredi », a annoncé Schällibaum.