Christine Sinclair a joué le rôle d'héroïne malgré elle, lundi.

Lori Ewing LA PRESSE CANADIENNE

La capitaine de l'équipe canadienne de soccer a fait les manchettes, dimanche, à la suite du superbe but sur coup franc qu'elle a marqué après avoir été victime d'une fracture du nez dans la défaite de 2-1 face à l'Allemagne à la Coupe du monde de soccer féminin.

Quelques heures après le match, Sinclair était l'une des tendances sur Twitter et c'était toujours le cas 24 heures plus tard.

«Quand je me suis réveillée pour le déjeuner ce matin, (ma coéquipière Robyn Gayle) m'a dit: "tu as été l'une des tendances sur Twitter la nuit dernière". Je lui ai répondu, "Je ne sais même pas ce que cela veut dire"», a mentionné Sinclair en riant.

Mais si la joueuse de 28 ans s'est avérée le centre d'attraction dimanche, elle n'avait guère envie de se retrouver sous le feu des projecteurs le lendemain, surtout devant les caméras. Elle a rencontré un petit groupe de journalistes dans le hall de réception de l'hôtel, mais elle a hésité quand elle est sortie de l'ascenseur et a repéré un appareil photo.

Sinclair s'est fracturée le nez après avoir reçu un coup de coude de l'Allemande Babett Peter mais elle est demeurée sur le terrain - malgré l'avis contraire de l'équipe médicale de l'équipe.

Elle s'est rendue à l'hôpital de Berlin pour recevoir des soins et on lui a confectionné un protecteur facial.

Elle n'est pas très emballée à l'idée de le porter, jeudi, lorsque le Canada, no 6, affrontera la France, no 7, dans un match que les Canadiennes ne peuvent se permettre de perdre.