Le Conseil supérieur du sport (CDS) espagnol a demandé des sanctions contre l'entraîneur vedette du Real Madrid José Mourinho et l'entraîneur du Sporting Gijon Manuel Preciado, après des propos vifs entre les deux hommes, a-t-on appris vendredi auprès de cet organisme gouvernemental.

Publié le 19 nov. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Real Madrid, en tête du Championnat espagnol devant le FC Barcelone, a protesté, se déclarant «surpris» que les deux entraîneurs soient traités à l'identique par l'organisme de tutelle du sport espagnol.

«Notre entraîneur a fait des déclarations en apportant des arguments clairs et Preciado a répondu par des propos dépréciatifs, a expliqué le directeur général du Real, Jorge Valdano, dans un communiqué. Les deux choses ne peuvent pas être au même niveau».

La Commission antiviolence du CDS a estimé que les propos des deux entraîneurs avant un match entre les deux équipes, dimanche dernier à Gijon, pouvaient «contribuer à créer un climat hostile» pour ce «match classé à haut risque», finalement gagné par le Real (1-0).

En conséquence, la commission a demandé à la Fédération espagnole de football (RFEF) qu'elle adopte «les mesures disciplinaires opportunes» contre les deux hommes.

Mourinho avait indiqué dans une émission de radio qu'il n'avait pas apprécié le choix de Preciado de ne pas aligner tous ses titulaires lors du match de Liga perdu contre le FC Barcelone (1-0), le grand adversaire du Real en Espagne.

Manuel Preciado avait répondu dans une conférence de presse, en traitant Mourinho de «canaille» et de «mauvais collègue» .

José Mourinho a déjà été suspendu la semaine passée par la RFEF pour deux matches jusqu'à la 12e journée de Liga, ce samedi à Madrid contre Athletic Bilbao, pour avoir insulté un arbitre.