Selon le sélectionneur italien Marcello Lippi, ses joueurs n'ont pas été capables de suivre ses consignes à l'occasion de cette choquante nulle de 1-1 contre la Nouvelle-Zélande récoltée à l'occasion de leur deuxième match de la Coupe du monde.

Andrew Dampf ASSOCIATED PRESS

«De toute évidence, quelque chose ne fonctionne pas quand tu n'es pas capable de mettre le ballon dans le filet», a déclaré Lippi au cours d'une conférence de presse houleuse, lundi, une journée après le piètre résultat obtenu contre une équipe classée 78e au monde. «Nous avons travaillé toute la semaine pour tenter de garder le ballon bas et au sol, mais dès que nous commencions à ressentir un peu de nervosité, nous nous mettions à la botter dans les airs.»

L'Italie a décoché 23 tirs en direction du filet néo-zélandais, contre trois pour ses adversaires, et a dominé 7-1 au chapitre des tirs cadrés. La Squadra Azzurra a toutefois eu de la difficulté à faire mouche, égalant seulement au moyen d'un penalty de Vincenzo Iaquinta.

La sélection italienne a également fait match nul 1-1 contre le Paraguay à son premier match du tournoi, et les champions en titre ont maintenant besoin d'une victoire contre la Slovaquie, à leur dernier match dans le groupe F, jeudi, pour s'assurer de poursuivre.

Les problèmes de finition des azzurri ont également été évidents face au Paraguay.

«Nous éprouvons des problèmes devant le filet adverse, a répondu Lippi après une question insistante d'un journaliste étranger. Quels autres problèmes voyez-vous? Comprenez-vous?

«Je crois que nous forçons trop le jeu, a ajouté Lippi. Nous savions tous ce que nous devions faire, mais peut-être qu'en accordant des buts au début de chacune des rencontres, cela nous a amenés à changer notre approche de quelconque manière. Nous devons prendre nos responsabilités, parce que personne n'est satisfait.

«Nous avons encore une chance, mais nous ne pouvons continuer ainsi.»