La Juventus (2e), tenue en échec à Turin par la Sampdoria Gênes (1-1), a perdu deux points précieux par rapport à l'Inter, le leader, et à l'AC Milan (3e) qui s'affrontent en soirée lors du derby milanais, dimanche lors de la 24e journée du Championnat d'Italie.

Mis à jour le 15 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

 Si l'Inter, qui «reçoit» au stade San Siro, s'impose, la Juve conservera sa 2e place, mais sera reléguée à neuf points des Interistes. Si c'est l'AC Milan qui l'emporte, la place de dauphin reviendra aux Rossoneri.

Face à la Sampdoria, les Turinois ne sont jamais vraiment parvenus à se remettre de l'ouverture du score adverse, signée tôt dans le match par Pazzini à la suite d'un service de Cassano (10e).

Si la Juve a ensuite largement dominé, seul Amauri, de la tête à la suite d'un centre de Giovinco (62e), a réussi à marquer, tandis que Nedved, à deux reprises, et Del Piero, sur un coup franc, ont vu leurs frappes repoussées par les montants.

«C'est le genre de match qu'on peut tout à fait perdre. Mais, au lieu de cela, on a réagi en parvenant à égaliser et en passant tout près de la victoire à de nombreuses reprises. C'est la preuve qu'on ne s'est pas désuni, ni découragé», a analysé Claudio Ranieri.

«C'est un nul qui pèse. Mais je n'ai rien à reprocher à mes joueurs», a poursuivi l'entraîneur de la Juve.

Une semaine après une victoire arrachée dans les dernières secondes à Catane (2-1), qui faisait suite à deux défaites contre l'Udinese (2-1) et Cagliari (3-2), la Juve confirme cependant qu'elle n'est pas au mieux de sa forme alors que se profilent les huitièmes de finale de la Ligue des champions contre Chelsea.

Triplé de Mutu

De son côté, la Roma (6e), qui était pourtant ambitieuse au regard de sa série de sept matches sans défaite (5 succès et 2 nuls) a craqué face à l'Atalanta (3-0) à Bergame, assommée par trois buts encaissés en seulement sept minutes - Capelli (52), Doni (56, 59).

«L'Atalanta a été meilleure que nous, et sans doute qu'après une série de résultats positifs le niveau d'attention baisse. Cela arrive de jouer en-dessous de ses possibilités», a analysé l'entraîneur romain Luciano Spalletti.

L'Atalanta (8e), qui avait déjà balayé l'Inter (3-1), confirme qu'elle a des prédispositions pour faire craquer les ténors.

À Gênes, le Genoa (5e) et la Fiorentina (4e), deux équipes qui luttent pour la 4e place, ont livré un match spectaculaire, achevé sur le score de 3 à 3.

Mais c'est le club ligure qui peut avoir le plus de regrets: alors qu'il menait 3 à 0 depuis la 56e minute -- mais réduit à dix depuis l'exclusion de Biava (30) -- il s'est fait rejoindre. L'attaquant roumain Mutu a marqué les trois buts à lui seul, le dernier intervenant à la toute dernière seconde (60 s.p., 81, 90+4).