Il y a deux skieurs en Alex Beaulieu-Marchand et ce n'est qu'assez récemment que le «rebelle» a laissé un peu de place au «champion».

Mis à jour le 31 janv. 2019
Michel Marois LA PRESSE

«J'ai toujours été très fort techniquement sur mes skis, mais je ne maîtrisais pas bien l'aspect mental de la compétition», a raconté Alex, il y a quelques jours, après sa participation couronnée de deux médailles d'argent aux X Games. «Le déclic s'est produit en 2017, quand j'ai commencé à obtenir de bons résultats plus régulièrement...»

Médaillé de bronze en slopestyle aux Jeux de PyeongChang il y a presque un an, celui qu'on surnomme ABM a compris l'impact que ses succès pouvaient avoir sur sa carrière. Désormais une tête d'affiche sur le circuit international du ski acrobatique, il accepte un peu plus facilement les contraintes d'une saison de compétitions.

Mais le rebelle n'est jamais loin.

«J'ai passé les deux derniers mois à préparer une vidéo pour la compétition virtuelle Real Ski, en marge des X Games. Je suis d'ailleurs en transit vers Denver pour aller enregistrer l'émission de télé au cours de laquelle on présentera les vidéos des six finalistes [le 2 mars, au réseau ABC]. Ça faisait longtemps que j'en rêvais et l'occasion s'est présentée cette année.»

Beaulieu-Marchand et le cinéaste Antoine Caron ont parcouru le Québec pour filmer les 16 acrobaties qu'on pourra découvrir dans la vidéo de 90 secondes. «On a commencé en Gaspésie, où ils avaient déjà de la neige, mais on est aussi allés à Montréal et surtout dans la région de Québec, dont je suis originaire.»

Réalisées en milieu urbain, les manoeuvres sont à la fois spectaculaires et très risquées, d'où l'importance d'une préparation très minutieuse. Alex raconte n'avoir dû composer que deux fois avec les forces policières, qui se sont montrées compréhensives.

«Depuis les Jeux, les gens nous prennent plus au sérieux et nous avons été bien accueillis partout où nous sommes allés. Je remercie tous ceux qui nous ont aidés dans ce projet et Antoine, évidemment, qui a fait un travail remarquable pour monter la vidéo.»

C'est le 20 février, sur le site internet des X Games, que les amateurs pourront découvrir la vidéo et celles des autres finalistes, dont le Québécois Phil Casabon, médaillé d'or et favori du public en 2018.

Aux Championnats du monde

Heureux de retrouver ce qui est l'essence de son sport, Beaulieu-Marchand avait un peu négligé sa préparation pour les X Games. «Je n'avais pas pu m'entraîner autant que je l'aurais voulu avant d'arriver à Aspen, mais j'ai vite retrouvé mes repères et je suis très satisfait de mes performances, autant en Big Air qu'en slopestyle.

«La compétition n'est pas nécessairement ce que je préfère, mais j'ai maintenant acquis assez d'expérience, assez d'assurance aussi, pour mieux gérer mes descentes et être capable de composer avec la pression de performer au bon moment. Je suis plus fort sur le plan psychologique et ça m'aide dans de telles situations.»

Désormais triple médaillé aux X Games, le skieur de 24 ans pourrait bientôt ajouter une autre médaille importante à son palmarès, puisqu'il participera à compter de demain aux Championnats du monde à Park City, en Utah.

«Je prendrai part aux deux compétitions, le Big Air [finale samedi] et le slopestyle [mardi et mercredi prochains]. Après mes succès aux X Games, je sais que je suis en bonne position pour viser le podium. Si je réussis les sauts et les descentes dont je suis capable, ça va bien aller.

«Je ne ressens plus vraiment de pression. Ma place est assurée dans l'équipe nationale et mes projets de vidéos me permettent d'explorer de nouvelles avenues et de repousser mes limites.»

Alex s'étonne un peu quand on lui dit que ce nouvel «équilibre» ressemble beaucoup à de la maturité, mais il apprécie le compliment et entend bien poursuivre dans la même voie... à ses conditions.

Photo Jonathan Hayward, archives La Presse canadienne

Alex Beaulieu-Marchand célèbre sa troisième place à l'épreuve de slopestyle des Jeux de PyeongChang.