L'avocat canadien Richard McLaren est submergé par un déluge de requêtes pour de l'information sur des athlètes précis impliqués dans son rapport sur le dopage financé par Moscou, en Russie.

Publié le 30 juill. 2016
ASSOCIATED PRESS

McLaren, qui avait un mandat de l'Agence mondiale antidopage, a publié un rapport accusant le ministère du Sport de la Russie de gérer un programme de dopage touchant plus d'une vingtaine de sports, aussi bien d'été que d'hiver.

Le CIO n'a pas voulu bannir la totalité des Russes de l'Olympiade débutant la semaine prochaine, au Brésil.

On a plutôt rejeté aux fédérations sportives la tâche de décider qui a montré patte blanche ou pas.

Par communiqué, McLaren a indiqué que son bureau a été inondé de requêtes pour de l'information sur des athlètes en particulier.