Dans un tournoi où ils faisaient figure de favoris en l'absence des joueurs de la LNH, les athlètes olympiques de Russie ont décroché la médaille d'or aux Jeux de Pyeongchang. Et cette victoire a été joyeusement célébrée en dépit du fait que l'équipe ne pouvait afficher les couleurs de son pays ou entendre son hymne national lors de la remise des médailles.

Publié le 25 févr. 2018
Stephen Whyno ASSOCIATED PRESS

Kirill Kaprizov a marqué le but en or en prolongation et les Russes ont défait les surprenants Allemands 4-3 pour mettre la touche finale à un tournoi masculin qui n'a pas suscité beaucoup d'engouement non seulement en Corée du Sud, mais aussi en Amérique du Nord, où la saison de la LNH s'est poursuivie pour la première fois depuis 1994.

Des drapeaux russes - l'équipe ne pouvait en afficher à la suite des sanctions du CIO dans la foulée du scandale de dopage d'État aux Jeux de Sotchi en 2014 - étaient accrochés derrière le banc alors que l'équipe célébrait bruyamment sa victoire. Plus de 200 partisans, qui ont applaudi l'équipe tout au long du tournoi, ont également entonné l'hymne russe, et les joueurs les ont imités alors que le drapeau olympique était hissé.

Le défenseur Bogdan Kiselevich a précisé que les joueurs ont interprété l'hymne russe comme une expression de la «liberté d'expression».

«Vous jouez pour votre pays, c'est plus important, a ajouté le capitaine russe Pavel Datsyuk, qui a remporté sa première médaille d'or à ses troisièmes Jeux olympiques. Ça fait du bien, j'ai réalisé mon rêve.»

Cette victoire a été acquise quelques heures après le vote du Comité international olympique qui a décidé de ne pas réintégrer l'équipe russe en vue de la cérémonie de clôture, dimanche.

Il s'agit de la première médaille d'or de la Russie en hockey depuis 1992 à Albertville lorsque l'équipe était alors désignée comme l'équipe unifiée de l'ex-URSS.

Formée d'anciens joueurs de la LNH - Pavel Datsyuk, Ilya Kovalchuk, Slava Voïnov, Mikhail Grigorenko et Nikita Nesterov - l'équipe russe était nettement la plus talentueuse du tournoi. L'entraîneur américain Tony Granato a précisé qu'elle pouvait se comparer à 20 des 31 équipes de la LNH.

Résistance

Les Allemands ont toutefois offert une résistance féroce en finale. Il a fallu la prolongation et un avantage numérique à mi-chemin de la période supplémentaire pour permettre aux Russes de s'imposer. Kaprizov a accepté une belle remise de Nikita Gusev pour décocher un tir sur réception précis qui a trompé la vigilance du gardien allemand Danny Aus Den Birken.

Gusev a récolté deux buts et deux mentions d'assistance alors que Vyacheslav Voïnov a amassé un but et une aide. Kaprizov, qui n'a que 20 ans, s'est pour sa part fait complice de trois filets pour les vainqueurs.

Felix Schutz, Dominik Kahun et Jonas Muller, qui croyait bien avoir marqué le but victorieux dans les dernières minutes du troisième engagement, ont répliqué pour l'Allemagne.

L'imposant gardien russe Vasili Koshechkin a stoppé 22 des 25 tirs dirigés vers lui. Aus Den Birken a cédé quatre fois sur 30 lancers du côté allemand.

Après avoir battu tour à tour la Suède et le Canada, l'Allemagne a vu son conte de fées prendre fin sur une note négative alors qu'elle n'était qu'à 56 secondes de décrocher la première médaille d'or de son histoire en hockey masculin. Sa médaille d'argent constitue toutefois son meilleur résultat aux Jeux d'hiver dans cette discipline.

Le Canada a quant à lui gagné la médaille de bronze grâce à une victoire de 6-4 aux dépens de la République tchèque, samedi.