Cette fois, c'est à la patinoire que le rapprochement s'est affiché : les dirigeants des deux Corées ont de nouveau brisé la glace en encourageant conjointement l'équipe unifiée de hockey féminin, lors de la première journée des Jeux olympiques 2018 où les premiers titres étaient décernés.

Frédéric BOURIGAULT AGENCE FRANCE-PRESSE

Au lendemain de la cérémonie d'ouverture, les Jeux de la paix continuent donc de véhiculer un nouveau souffle dans les relations entre les deux frères ennemies, toujours officiellement en guerre depuis 1953.

Une rencontre en matinée, un match ensemble et une proposition majuscule, transmise par Kim Yo-jong, la soeur de Kim Jong-un : le numéro nord-coréen a invité samedi le président sud-coréen Moon Jae-in à un sommet à Pyongyang.

M. Kim est prêt à rencontrer M. Moon « aussi tôt que possible » mais celui-ci n'a pas pour l'heure accepté cette offre, a précisé un porte-parole de la Maison Bleue, la présidence sud-coréenne.

Les sourires étaient en tout cas de sortie, de nouveau à la patinoire olympique de Gangneung, la ville côtière qui accueille les épreuves de glace des JO.

Positionnés en tribunes dans une rangée juste derrière les désormais fameuses meneuses de claque nord-coréennes, assis à la gauche de Thomas Bach le président du CIO, la soeur du leader coréen et le président de Corée du Nord ont allègrement salués leurs supporteurs. Tout comme le président sud-coréen, assis lui à la droite de Thomas Bach.

Dahlmeier, nouvelle reine du biathlon

Ce match de l'équipe de Corée unifiée de hockey féminin était un des symboles forts du rapprochement observé entre les deux voisins depuis les dernières semaines, dans le cadre des « Jeux de la paix » voulus par la Corée du Sud.

Ce que les États-Unis ont qualifié « d'offensive de charme » opérée par le Nord, et contre laquelle la Corée du Sud devrait se prémunir, selon Washington.

Dans ce contexte diplomatique riche, la première médaille d'or de ces Jeux 2018 a eu quelque mal à percer la neige.

Mais la Suédoise Charlotte Kalla n'en aura certainement cure, elle qui décroche à 30 ans son 3e titre olympique (après celui du 10 km libre de Vancouver 2010 et du relais 4X5 km à Sotchi en 2014).

Sa dauphine, la Norvégienne Marit Björgen avait toutefois toutes les raisons d'afficher un grand sourire : avec ce nouvel argent, elle est devenue la sportive la plus médaillée de l'histoire des Jeux olympiques d'hiver (11 médailles).

Encore trois, ce qui est tout à fait envisageable, et elle dépassera son compatriote Ole Einar Bjorndalen, le patriarche du biathlon, au firmament des sports de neige.

En biathlon, l'Allemande Laura Dahlmeier a confirmé qu'à 24 ans, elle s'établissait comme la nouvelle reine de la discipline, avec sa victoire sur le sprint.

C'est le Sud-Coréen Lim Hyo-jun qui a triomphé, offrant du même coup sa première médaille au pays hôte.

En patinage de vitesse, les Pays-Bas se sont eux offert un triplé chez les dames, sur 3000 m. Le dernier titre en jeu samedi sera décerné en saut à ski messieurs, sur petit tremplin.