Les précédents sont de plus en plus nombreux.

Mathias Brunet LA PRESSE

Charlie McAvoy a rejoint les Bruins de Boston au printemps 2017 après l'élimination de Boston University. Malgré ses 19 ans et son inexpérience, il est vite devenu un pilier en défense en séries éliminatoires.

Le choix de première ronde des Bruins l'année précédente a été utilisé en moyenne 26 minutes lors de six matchs de première ronde et a amassé trois aides. Seul Zdeno Chara a joué plus souvent.

L'ailier gauche Chris Kreider a fait le saut directement de Boston College aux séries éliminatoires de la LNH en 2012. Il a marqué cinq buts en 18 matchs.

Le printemps dernier, Jordan Greenway a participé aux séries éliminatoires avec le Wild du Minnesota après l'élimination de Boston University.

Casey Mittelstadt, avec les Sabres de Buffalo, et Dylan Gambrell, avec les Sharks de San Jose, l'ont imité après la fin de la saison dans la NCAA.

L'année précédente, Tyson Jost au Colorado, Brock Boeser à Vancouver et Clayton Keller en Arizona avaient terminé l'année dans la LNH.

Les plans du Canadien à l'endroit de Ryan Poehling, le premier choix de l'équipe en 2017, ne sont pas encore clairs. Mais contrairement aux espoirs du CH embauchés ces derniers jours, le gardien Cayden Primeau et le défenseur Josh Brook, Poehling a été invité à se joindre au club à Montréal plutôt que de se rapporter à Joël Bouchard à Laval.

On ne dit pas ici qu'il pourra s'immiscer sur le champ au sein d'un trio offensif, mais déjà, s'il donnait 11 ou 12 minutes de qualité à Claude Julien, l'expérience serait profitable aux deux parties.

Marc Bergevin a déclaré ce midi lors d'un point de presse que Poehling aurait de minces chances de jouer samedi, lors du dernier match de la saison. 

Il faudra voir si les médecins de l'équipe jugent que sa blessure subie en fin de saison l'handicape encore. Mais il a néanmoins disputé le match ultime de St. Cloud State University vendredi.

Le CH avait prévu un tel scénario il y a plusieurs mois. Lors d'une interview qu'il m'avait accordée en février, Le vice-président aux opérations hockey et affaires légales chez le Canadien, John Sedwick, a déjà analysé toutes les implications contractuelles et administratives advenant l'arrivée de Poehling après sa saison dans la NCAA.

Sedwick s'est d'abord assuré de démêler le flou dans la réglementation en prévision du repêchage de l'élargissement des cadres. Ainsi, Poehling pourrait jouer 10 matchs ou moins sans être protégé en 2021.

Donner au moins un match dans la LNH à Poehling lui permettrait aussi de «brûler» une année de contrat. Le premier choix de l'équipe en 2017 (25e au total) ne deviendrait pas joueur autonome plus tôt, mais son contrat d'entrée de trois ans aurait à être renouvelé dans deux ans plutôt que trois.

Cette stratégie est de plus en plus utilisée par les équipes de la Ligue nationale de hockey pour inciter leurs jeunes à signer un contrat professionnel plus tôt que tard. Le CH l'avait fait avec le gardien et joueur autonome de la NCAA Charlie Lindgren en lui permettant d'affronter les Hurricanes en Caroline lors de l'avant-dernier match de la saison régulière.

Le Canadien peut-il utiliser Poehling lors du dernier match alors que Jesperi Kotkaniemi peine à trouver une place dans la formation?

Même s'il fait ses premiers pas chez les professionnels, Poehling, 20 ans, a 18 mois de plus que Kotkaniemi. Il est plus costaud aussi, à 6 pieds 2 pouces et 200 livres. Le Finlandais pèse 184 livres.

Poehling, un centre, peut aussi jouer à l'aile gauche. Il l'a fait avec brio au Championnat mondial junior, au point d'être nommé le joueur par excellence du tournoi avec huit points, dont cinq buts, en sept matchs. Il excelle aussi défensivement. Peut-il faire pire que Matthew Peca ou Nicolas Deslauriers en l'absence de Paul Byron?

La signature de contrat de Cayden Primeau est fort intéressante également. Ce jeune gardien de 19 ans, choix de septième ronde de l'équipe en 2017, aurait aisément pu choisir de demeurer à Northeastern pour une troisième saison.

On aurait pu aussi lui conseiller d'attendre le moment opportun et de profiter de son autonomie complète afin de choisir une organisation à la recherche d'un gardien numéro un à plus court terme.

Primeau, 6 pieds 3 pouces et 200 livres, le fils de l'ancien hockeyeur Keith Primeau, a dominé outrageusement dans la NCAA cet hiver, avec une fiche de 25-10-1, une moyenne de 2,09 et un taux d'arrêts de ,933. Il a aussi mené les États-Unis à la finale du Championnat mondial junior.

Avec Carey Price en poste à Montréal, Primeau pourra se développer à son rythme, sans pression. L'organisation peut aisément lui donner trois ou quatre ans à Laval à titre de gardien numéro un, une ou deux saisons comme auxiliaire à Price, avant de lui confier la succession. Il aurait alors 24 ou 25 ans et Price 38 ans.

Les moments où l'avenir d'une organisation s'amalgame au présent demeurent toujours intéressants. Le Canadien vit un de ces moments aujourd'hui.

* * *

À LIRE

Plusieurs joueurs du Canadien connaissent leur meilleure saison en carrière, dont Max Domi avec 70 points, dont 27 buts, des résultats qui ne manquent sans doute pas de surprendre l'analyste politique Luc Lavoie. Le collègue Jean-François Tremblay nous fait la nomenclature des joueurs dont les statistiques ont atteint des sommets cet hiver.