Source ID:; App Source:

Qui est Jack Campbell?

Le gardien des Kings de Los Angeles, Jack... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Le gardien des Kings de Los Angeles, Jack Campbell, a quitté le Centre Bell avec un blanchissage à sa fiche, hier.

Photo Olivier Jean, La Presse

Les Kings de Los Angeles ne souffriront peut-être pas trop de la perte de leur gardien Jonathan Quick, finalement.

Comme c'est parfois le cas en pareille circonstance, un gardien sorti de nulle part émerge et vient combler le vide momentanément, parfois même à long terme.

Jack Campbell, 26 ans, a quitté le Centre Bell avec un blanchissage à sa fiche, hier. Après trois matchs, sa moyenne de buts alloués s'établit désormais à 1,35 et son taux d'arrêts astronomique à ,966.

Ses 40 arrêts sont néanmoins un peu trompeurs. Les Kings n'ont pas la défense la plus mobile, mais quand ils livrent une performance comme celle d'hier, c'est à dire un positionnement parfait et beaucoup de pression sur le porteur de la rondelle, les chances de les vaincre sont minces.

L'équipe la plus costaude de la LNH a gardé les joueurs du club le plus petit de la Ligue en périphérie. Campbell a eu le mérite de bien lire la trajectoire des tirs, même quand il y avait de la circulation lourde devant, et aussi, surtout, de limiter les retours, son talon d'Achille par le passé.

Mais même les joueurs du CH ont admis après la rencontre que la plupart de leurs lancers n'étaient pas très difficiles à stopper.

Face à un opposant plus musclé, le club chétif peut s'en tirer s'il est efficace en supériorité numérique. Mais le Canadien a fait chou blanc à nouveau à ce chapitre. Montréal présente un faible taux de réussite de 9% en supériorité numérique depuis le début de la saison. Il faudra peut-être songer à changer les combinaisons ou les stratégies.

Mais revenons à Campbell, dont l'histoire mérite d'être racontée. Le jeune homme constituait un espoir extraordinaire dans les rangs juniors. Il a participé à la finale du Championnat mondial junior contre le Canada en 2010 alors qu'il était âgé de seulement 17 ans, avait remporté la médaille d'or au Championnat mondial des moins de 18 ans l'année précédente et s'apprêtait à en remporter une autre quelques mois plus tard.

Joe Nieuwendyk, alors DG des Stars de Dallas, cherchait à renflouer sa banque de jeunes gardiens après le départ de Marty Turco. Il n'a pas hésité à repêcher Campbell au 11e rang en 2010.

Mais dès la saison suivante, son expérience dans les rangs juniors avec les Spitfires de Windsor, dans la Ligue junior de l'Ontario, a été catastrophique. Ses premières années professionnelles aussi, au point où il a goûté à la Ligue de la Côte Est à quelques occasions.

Les Stars et leurs fans ont avalé ce choix de travers pendant plusieurs années. Campbell a été repêché un rang devant le défenseur numéro un des Ducks d'Anaheim, Cam Fowler, quelques rangs devant Jaden Schwartz et Vladimir Tarasenko.

Campbell a finalement été échangé aux Kings de Los Angeles par le DG Jim Nill en juin 2016 pour Nick Ebert, un prodige à 16 ans, mais dont les performances ont vite décliné. Ebert a joué un an dans la Ligue américaine pour le club-école des Stars avant de se retrouver en Europe, où il joue toujours.

Campbell a connu deux bonnes années dans la Ligue américaine, avant de battre le vétéran Peter Budaj pour le poste d'auxiliaire à Quick au camp d'entraînement.

En entrevue à son arrivée dans l'organisation des Kings il y a deux ans, Campbell a déclaré avoir connu des années difficiles au niveau professionnel en raison de l'absence d'exercices réguliers avec les entraîneurs des gardiens des Stars. «Je n'avais aucune fondation», a-t-il révélé. Il dit avoir retrouvé en Bill Ranford à Los Angeles le mentor tant espéré.

Les gardiens peuvent parfois être de petites bêtes fragiles. Campbell n'est pas le premier «rescapé» à cette position. Devan Dubnyk, un autre choix de première ronde, avait fait patate à Edmonton avant de se retrouver dans l'organisation du Canadien. Dubnyk n'arrêtait plus un ballon de plage et il était considéré comme le troisième gardien du club-école du CH derrière Dustin Tokarski et Robert Mayer.

Dubnyk a relancé sa carrière l'année suivante avec un nouveau gourou, est passé des Coyotes au Wild du Minnesota, où il a obtenu le poste de numéro un, avec un joli contrat de 26 millions en prime.

À Columbus, Sergei Bobrovsky est devenu un gardien d'élite après avoir été échangé par les Flyers de Philadelphie qui lui ont préféré Ilya Bryzgalov. Ben Bishop, lui, était coincé derrière Jaroslav Halak et Brian Elliott à St. Louis et il a été échangé aux Sénateurs d'Ottawa pour un choix de deuxième ronde, qui l'ont ensuite échangé à nouveau moins d'un an plus tard.

Jonathan Quick ratera plusieurs semaines d'activité. Campbell aura le temps nécessaire de prouver qu'il a relancé sa carrière pour de bon.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Infolettre Rondelle Libre

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer