Jay Bouwmeester est parti.

Non pas que les Panthers de la Floride viennent de l'échanger, mais Bouwmeester vient de décoller offensivement.

Après avoir obtenu trois points à ses 14 premiers matchs, le défenseur de 25 ans vient d'en amasser 15 à ses 16 derniers, dont un hier à Vancouver.

Le cas Bouwmeester n'a pas fini de faire jaser en Floride. Ce troisième choix au total en 2002 aura droit à l'autonomie complète à la fin de la saison et il tarde à accepter un contrat des Panthers. Chaque semaine apporte une nouvelle rumeur d'échange à son sujet.

Le DG Jacques Martin ne semble pas avoir perdu espoir de s'entendre à long terme avec son défenseur de 6 pieds 4 pouces et 212 livres. Il a confié vendredi au collègue Pierre Lebrun, d'ESPN.com, qu'il allait parler à nouveau à l'agent de Bouwmeester le mois prochain.

La plupart des observateurs estiment que Martin l'échangera s'il ne parvient pas à lui faire signer un contrat avant la date limite des échanges, le 4 mars, question de ne pas le perdre sans rien obtenir en retour.

Qu'en pense Bouwmeester?

Les choses ont commencé à aller mieux dernièrement et on gagne plus souvent, a-t-il expliqué jeudi dernier au quotidien Sun Sentinel. Mais il ne se passera rien à court terme. Il n'y a pas de presse. Je vais attendre et voir comment les choses de développent.

En termes clairs, Bouwmeester veut attendre de voir si les Panthers resteront dans la course pour une place en séries ces prochains mois. Il ne voudra probablement pas demeurer au sein d'une équipe qui vivote. Il me semble qu'un joueur de son calibre devrait plutôt faire partie de la solution plutôt qu'attendre de voir si le club se replace.

Peu importe, il est dans une situation gagnante. Les défenseurs de son talent et de son gabarit, capable de jouer entre 25 et 30 minutes par match, sont rares. Il touchera sans doute le gros lot l'été prochain, crise économique ou pas.