Sergei Fedorov a semé la joie chez les fans des Capitals en marquant le but gagnant avec quelques minutes à faire dans le septième match contre les Rangers de New York, hier soir, le but que tous les jeunes hockeyeurs rêvent de compter un jour.

Publié le 29 avr. 2009
Mathias Brunet

Un but marqué à l'aide d'un tir vif qui a surpris Henrik Lundqvist, brillant jusque-là. Ce but permettait en outre à Fedorov de rejoindre Mario Lemieux au 15e rang des compteurs de l'histoire de la LNH en séries éliminatoires.

Celui dont on a moins parlé dans tout ça s'appelle Matt Bradley. Sans son superbe jeu dans son propre territoire, qui sait si les Capitals ne sont pas en vacances aujourd'hui? C'est le type de jeu qu'on ne voit généralement pas dans les faits saillants présentés à la télé mais qui est néanmoins crucial.

Voyez sur le clip ci-bas. Bradley se replie assez profondément dans son territoire pour accepter une passe de son défenseur sans être inquiété par son adversaire. Petite passe habile du revers en sachant qu'il va devoir encaisser une mise en échec. Fedorov reçoit la courte passe et file en zone adverse. On connaît la suite.

Combien de joueurs moins allumés se seraient contentés d'attendre le disque à la ligne bleue et se seraient probablement fait battre de vitesse par l'adversaire le long de la bande parce que trop éloigné de leur défenseur? J'en connais plusieurs...

Quand les entraîneurs parlent des petits détails où des qualités d'un joueur "sans la rondelle", voilà à quoi il peut faire référence. L'intelligence de Bradley qui s'est positionné de façon à bien appuyer son défenseur. Un détail qui transforme le cours d'une série.