(Photo Edmonton Journal)

Les infirmeries d'équipes de la LNH sont pleine. Et remplies de vedettes.

Enrico Ciccone souligne dans ma chronique de ce matin que la recrudescence de blessures dans la Ligue nationale s'explique par l'abolition de l'obstruction. Les joueurs sont plus gros, plus grands, plus forts, et il n'y a personne pour les ralentir s'ils foncent à vive allure sur le porteur de la rondelle.

Sauf que je ne souhaiterais pas un retour en arrière. Le hockey est un sport beaucoup plus beau sans accrochage.

Je crois que si l'on instaure un règlement pour punir tout joueur qui frappe un adversaire à la tête, on vient de réduire un nombre considérable de blessures. Aussi, en permettant à nouveau aux gardiens de contrôler les rondelles à leur guise derrière le filet, on protège mieux les défenseurs contre l'échec-avant.

Enfin, il faut songer -même si ça fera mal aux propriétaires- à réduire le nombre de matchs. Déjà l'un d'entre eux, Ted Leonsis, des Capitals, a commencé à parler du ridicule du calendrier actuel.

Le respect entre les joueurs? C'est une question qui doit se régler au sein de l'Association des joueurs. Mais l'AJLNH est plutôt divisée en ce moment...

Autre lecture à ce sujet, la chronique du collègue Réjean Tremblay.