Le chroniqueur du Denver Post, Adrian Dater, lit beaucoup d'amertume dans les déclarations du gardien Craig Anderson, échangé de l'Avalanche aux Sénateurs d'Ottawa à la date limite des transactions il y a quelques semaines.

Publié le 22 mars 2011
Mathias Brunet

"Ce n'était pas une question d'argent, a commenté Anderson après avoir signé son contrat de quatre ans avec Ottawa. Je voulais me retrouver au sein d'un club où je serais à l'aise et heureux, où les joueurs sont traités avec respect et où l'organisation communique avec ses joueurs."

Dater y voit une pointe directe à l'endroit de l'Avalanche, qui lui a pourtant donné la chance d'être gardien numéro un pour la première fois de sa carrière. Ce n'est pas le premier à écorcher l'Avalanche. Le père de Paul Stastsny, Peter, a accusé la direction de l'Avalanche de détruire cette équipe lorsqu'elle a échangé Chris Stewart et Kevin Shattenkirk. S'agit-il de deux cas isolés ou d'une insatisfaction généralisée? Il y a certainement un malaise quelque part puisque ce club a cassé complètement après les Fêtes.