Mathias Brunet

Rendons ce matin à César ce qui lui appartient.

Jim Rutherford a connu un début de règne difficile à Pittsburgh, mais il a su corriger ses erreurs.

Il a embauché l'an dernier l'entraîneur Mike Johnson, en avouant même candidement que celui-ci ne constituait pas son premier choix. Il avait plutôt choisi Willie Desjardins, mais celui-ci a préféré l'offre des Canucks. Les Penguins ont terminé huitième dans l'Est l'an dernier et connaissaient un départ difficile cette année. Rutherford a congédié Johnson et l'a remplacé par Mike Sullivan. Pittsburgh a connu une ascension irrésistible par la suite.

Rutherford a laissé filer le défenseur Paul Martin sur le marché des joueurs autonomes, provoquant un vide en défense. En catastrophe, il a obtenu en décembre un défenseur mal-aimé, Trevor Daley, pour une bouchée de pain. Daley a joué en moyenne plus de 23 minutes par match en séries et obtenu six points en 11 matchs.

Il a cédé l'an dernier un choix de première ronde aux Oilers d'Edmonton pour obtenir David Perron. L'échange n'a pas fonctionné. Il a échangé Perron aux Ducks en janvier pour obtenir Carl Hagelin. Celui-ci n'avait pas la feuille de route de Perron au plan offensif, mais il s'est épanoui à Pittsburgh. Il a huit points en onze matchs de séries.

Toutes ses décisions ou presque tournent en sa faveur actuellement. L'embauche de Matt Cullen cet été, un an pour 800 000$, est très payante. Cullen est un joueur clé.

Les Penguins ont perdu un gros joueur offensif en cédant James Neal pour Patric Hornqvist, mais celui-ci rend de bons services à sa façon aux Penguins et il a huit points en séries. Même Phil Kessel a retrouvé la motivation et l'ardeur au travail! Sans oublier l'auteur du but gagnant hier, Nick Bonino, obtenu pour Brandon Sutter.

Rutherford a avoué récemment s'être converti aux statistiques avancées. Comme quoi il n'est jamais trop tard pour se renouveler!

Chez les Capitals, les regards se tourneront vers le capitaine Alex Ovechkin. Le Russe, pourtant, a quatre points à ses deux derniers matchs, et six à ses quatre derniers. L'un des principaux coupables demeure Evgeny Kuznetsov, meilleur compteur du club en saison régulière. Il a obtenu deux maigres points en douze matchs.

La défense a très mal réagi à la vitesse et à l'échec-avant des Capitals. Brooks Orpik demeure d'une lenteur foudroyante. Avec la perte de Karl Alzner, Taylor Chorney et Dimitri Orlov semblaient dépassés par les événements. Mais Matt Niskanen demeure la grande déception, surtout dans le dernier match. Voilà un joueur important qui a craqué sous la pression. À moins qu'il ne cachait une blessure.

Au terme de trois périodes difficiles, il a pêché sur le but gagnant en prolongation en quittant sa position pour tenter de cueillir une rondelle dans le coin de patinoire du côté opposé. À son retour devant le filet, il a été hypnotisé par la rondelle plutôt que de surveiller Bonino, laissé seul devant lui.

La meilleure équipe a clairement gagné.