À l'aube des cérémonies visant à retirer le chandail numéro 26 de Martin St-Louis par le Lightning de Tampa Bay, ce soir en Floride, Jay Feaster a fait préparer une copie du premier contrat du Québécois avec l'organisation.

Publié le 13 janv. 2017
Mathias Brunet

Tampa lui offrait un contrat garanti de deux ans à un salaire somme toute modeste de 250 000 $ par année, mais le directeur général Rick Dudley et Feaster, son adjoint à l'époque, avaient eu toutes les difficultés du monde à convaincre les propriétaires d'investir cette somme dans ce joueur méconnu.

« Il faut se remettre dans le contexte de l'époque, me confiait Feaster hier au bout du fil. Le Lightning perdait beaucoup d'argent. Quand on se rendait à Detroit pour nos meetings avec le propriétaire, monsieur Davidson nous prévenait qu'il ne voulait pas signer de chèque de plus de 15 millions par année pour couvrir les dettes. Même 250 000 $, c'était gros. »

« Nos patrons ne voulaient pas être pris avec un joueur qui n'avait jamais été repêché, non établi dans la LNH et dont le contrat venait d'être racheté par les Flames de Calgary. »

Le Lightning a choisi la visite de Tortorella avec ses Blue Jackets pour tenir les cérémonies en l'honneur du Québécois. Jay Feaster y sera aussi, évidemment, et il conservera la copie du contrat de Martin St-Louis précieusement.

« J'ai le contrat sous les yeux en ce moment, je le regarde et je n'arrive pas à y croire. Dire qu'on trouvait que 250 000 $ était trop cher payé... »

L'article en entier se trouve ici!