Le grand rouquin entre dans la salle sans sourire. Bradley Wiggins vient de gagner la médaille d'or, il est le plus décoré de tous les athlètes olympiques britanniques.

Mis à jour le 2 août 2012
Yves Boisvert LA PRESSE

Mais une rencontre avec les journalistes, même au château de Hampton Court, ça lui rappelle le Tour de France, ces questions stupides sur les longs favoris roux qui embrassent ses joues, ce qui va arriver demain, pourquoi il porte ce casque-là... Ces séances d'interrogatoire à devoir tout justifier...

«C'est ce qu'il y a de bien avec les Jeux olympiques, on est un peu protégé, et il n'y a rien demain, personne ne va me demander ce qui se produira si un extraterrestre surgit devant moi...»

N'allez pas croire qu'il est arrogant. Il est arrivé en retard à la conférence de presse, après être sorti des rangs olympiques bien gardés pour aller voir les fans qui ne pouvaient se payer un billet. «Le vélo en Europe, c'est gratuit pour le public, dommage que ce ne soit pas comme ça aux Jeux olympiques.»

Quelle foule, d'ailleurs, le long du parcours de ce contre-la-montre de 44 km! Et bruyante. «Je ne revivrai jamais ça, c'était...» Il est ému, là, le grand rouquin. Mais il remonte la garde et dévisage le prochain journaliste de ses yeux pas cons du tout.

«Les médailles, pour moi, le vrai chiffre, c'est 4, ce sont les médailles d'or, pas 7, le total. À la fin, c'est des médailles d'or qu'on se souvient.»

Son compatriote Chris Froome, qui s'est tellement donné pour lui au Tour de France, sourit à côté, médaille de bronze au cou...

«Demain, n'importe qui peut venir dans les mêmes rues qu'on vient de parcourir et se prendre pour nous, c'est bien pour ça le vélo.»

À la fin, il nous dit qu'il est fier. Fabio Cancellara, médaille d'or au contre-la-montre à Pékin, paraissait imbattable. «On pouvait se décourager, se trouver des excuses du genre: ah, il est dopé, y'a rien à faire, et abandonner. Mais on a examiné sa technique, sa position sur le vélo, son équipement. Et on a travaillé. Et on a gagné. Ça, j'en suis fier.»

Son autre fierté: la diversité de ses médailles - les autres ont été remportées en vélodrome. Or en poursuite individuelle en 2004 et en 2008, or en équipe en 2008, et deux médailles de bronze et une d'argent en 2000, en 2004 et en 2008.

Ses plans à court terme: promenades dans Londres et vodka tonic.

Tiens, il sourit.