Il était hors de question que Paul Poirier se défile après sa déception olympique. Il tenait à parler.

Publié le 15 février
Martin Comtois Le Droit

Même s’il était minuit à Pékin. Même si ça faisait déjà une dizaine d’heures qu’il multipliait les entrevues à l’aréna, en studio et au téléphone.

Lisez la suite de l'article sur ledroit.com