(Pékin) Florence Brunelle était visiblement frustrée au terme de sa première soirée de courses aux Jeux olympiques de Pékin.

Mis à jour le 5 février
Alexis Bélanger-Champagne La Presse Canadienne

La patineuse de vitesse courte piste de Trois-Rivières a participé à la première épreuve au programme, samedi au Palais omnisports de la capitale, se qualifiant aisément pour les éliminatoires au 500 mètres. Elle a aussi participé à la dernière de la soirée et elle aimerait bien l’oublier, celle-là.

Alors que le Canada luttait pour une médaille en finale du relais 2000 mètres mixte, Brunelle a chuté et a entraîné avec elle une rivale. Le Canada a ainsi été pénalisé et relégué en sixième position.

La Chine a triomphé devant l’Italie en finale A, alors que le relais mixte 2000 mètres était présenté pour une première fois aux Jeux olympiques. La Hongrie a reçu le bronze, tandis que les Pays-Bas et le Kazakhstan, en action dans la finale B, ont été promus aux quatrième et cinquième rangs en vertu de la pénalité du Canada.

Le Canada venait de glisser en troisième place avec une dizaine de tours à compléter sur 18 en finale A, quand Brunelle a fait trébucher la Hongroise Zsofia Konya avec elle.

(Re)Voyez la finale

« Elle a voulu faire un dépassement intérieur et elle a accroché la lame de l’autre patineuse devant, ce qui a fait que les deux sont tombées », a expliqué Kim Boutin, qui était aussi de la course.

Brunelle, plus jeune Olympienne de l’histoire du Canada en courte piste à 18 ans, est passée en vitesse dans la zone mixte et n’a pas voulu commenter sa soirée. Boutin, l’une des trois membres de l’équipe canadienne de courte piste ayant déjà participé aux Olympiques, a été la seule athlète canadienne à rencontrer les journalistes.

« Je connais Florence, elle est fâchée après elle, a indiqué Boutin. C’est notre rôle de la soutenir là-dedans. Tout le monde peut faire une erreur.

C’est crève-cœur, mais ça m’est arrivé à mes premiers JO. Nous avions été disqualifiées sur ma faute. C’est certain qu’en relais, vous prenez toute la responsabilité.

Kim Boutin

L’entraîneur-chef de l’équipe canadienne, Sébastien Cros, a pour sa part affirmé que Brunelle n’avait pas à regretter son agressivité dans la course.

« Quand vous voulez gagner, il faut y aller. Il faut prendre des risques, a-t-il rappelé. Des fois, ça ne marche pas.

Nous avions dit aux athlètes de tout donner, que nous voulions gagner. Il y a de la déception, mais moins de frustration parce que nous avons tenté d’être les meilleurs. Si vous ne prenez pas de risque, que vous ne faites rien et que finalement, ça ne marche pas, c’est frustrant. Là, c’est de la déception, pas de la frustration.

L’entraîneur-chef de l’équipe canadienne Sébastien Cros

Au relais mixte, chaque équipe est composée de deux femmes et deux hommes. Les patineurs s’exécutent dans un ordre prédéterminé pendant deux tours et demi chacun, puis deux tours chacun lors de leur deuxième relais.

Brunelle, Boutin, Jordan Pierre-Gilles et Steven Dubois étaient en action pour le Canada en finale. Courtney Sarault et Pascal Dion avaient aussi contribué lors des deux premières rondes, alors que le Canada tentait de tirer profit de sa profondeur.

Cros a admis que l’équipe n’avait pas beaucoup d’expérience dans cette épreuve, mais il croit que le Canada a le potentiel pour en faire l’une de ses forces.

« C’est clair que pour nous, c’est un avantage, a-t-il dit en revenant sur la profondeur de son équipe. Ça permet d’avoir des patineurs plus frais une fois en finale. »

Les Canadiens avaient gagné l’argent en relais mixte lors de l’escale du circuit de la Coupe du monde en Hongrie cet automne, mais ils ne s’étaient pas qualifiés pour la finale A lors des trois autres occasions.

Score parfait

Plus tôt samedi, Brunelle, Boutin et Alyson Charles avaient brisé la glace et franchi les qualifications au 500 mètres féminin.

Pour leur part, Dion et Pierre-Gilles les avaient imitées lors des qualifications au 1000 mètres masculin.

Boutin avait survolé sa vague, tandis que Brunelle et Charles avaient fait le nécessaire en terminant en deuxième position de leur course respective.

Pierre-Gilles et Dion avaient de leur côté conclu en deuxième position de leur vague respective.

« Les trois filles sont passées en quart de finale. Ç’a bien été. Je pense qu’elles se sentiront encore mieux lors de la prochaine journée, a affirmé Cros. Les gars ont aussi fait de superbes courses. Jordan a vraiment été extraordinaire, car il n’était pas dans une vague facile. Je suis super content avec tout ça. »

Les deux premiers patineurs de chaque vague des qualifications obtenaient automatiquement leur billet pour les quarts de finale, qui auront lieu lundi. Quatre patineurs ayant terminé en troisième place de leur vague étaient aussi repêchés en fonction de leur chrono.