(Tokyo) En l’absence de la superstar de la gymnastique Simone Biles, forfait pour le concours général de gymnastique des Jeux olympiques de Tokyo, sa compatriote Sunisa Lee lui a succédé jeudi et perpétué la domination américaine dans l’épreuve qui dure depuis 2004 sans interruption.

Déborah CLAUDE Agence France-Presse

Après son retrait en pleine compétition mardi soir, autre image un peu surréaliste jeudi dans l’Ariake Gymnastics Center de Tokyo : Simone Biles était dans les tribunes pour encourager ses deux compatriotes Sunisa Lee et Jade Carey qui l’a remplacée.

À 18 ans et dès ses premiers JO, Lee n’a pas craqué sous la pression et a répondu présent : elle a devancé avec 57,433 points la Brésilienne Rebeca Andrade (57,298 points) et la Russe Angelina Melnikova (57,199 points).

Avant elle, Carly Patterson, en 2004, Nastia Liukin, en 2008, Gabrielle Douglas, en 2012, et Biles en 2016, ont remporté ce qui est considéré comme le titre le plus prestigieux de la gymnastique.

En juin, lors des sélections américaines pour les JO, Lee était passée devant Simone Biles à l’un des concours, un fait rare tant toutes les compétitrices, aussi bien américaines que mondiales, n’escomptent souvent qu’une place de deuxième lorsqu’elles sont opposées à la quadruple champion olympique.  

« Je suis très fière », a lancé Sunisa Lee, qui a confirmé qu’elle n’avait « jamais imaginé gagner une médaille d’or » et indiqué qu’il y avait « beaucoup de pression sur elle ».

Interrogée sur le message qu’elle pouvait faire passer à la communauté Hmong à laquelle elle appartient, elle a lancé « vous pouvez réaliser vos rêves, vous ne savez pas ce qui peut arriver à la fin, n’abandonnez pas ».

Simone Biles, cinq médailles à Rio, a stoppé sa compétition mardi soir après un saut raté. Elle a expliqué avoir besoin de préserver sa santé mentale et son bien-être, et aussi être victime de pertes de repères dans l’espace.  

Elle n’a pas encore fait savoir si elle allait participer aux quatre finales pour lesquelles elle s’est qualifiée (saut, poutre, sol, barres asymétriques) et qui débutent dimanche. La fédération américaine de gymnastique avait indiqué mercredi qu’elle allait subir une évaluation médicale quotidienne.

Assise dans les tribunes avec d’autres filles de l’équipe, elle est restée encourager ses compatriotes jusqu’au bout mais aussi les autres concurrentes, applaudissant l’exercice au sol d’Angelina Melnikova et de Rebeca Andrade.  

Interrogée pour savoir si elle avait entendu Simone Biles l’encourager, Menilkova a répondu : « bien sûr que je l’ai entendue et j’étais contente car je l’admire », a-t-elle dit, lui souhaitant qu’elle « aille mieux ».

Comme dans les finales par équipe, hommes et femmes, la victoire s’est encore dessinée au dernier moment lors de la dernière rotation.