La Canadienne Kim Gaucher a eu gain de cause et elle pourra emmener bébé Sophie avec elle aux Jeux olympiques de Tokyo.

La Presse Canadienne

Le Comité international olympique (CIO) a indiqué qu’il permettrait maintenant aux mères qui allaitent d’emmener leur bébé avec elles au Japon.

La nouvelle survient après que Gaucher, membre de l’équipe canadienne de basketball, eut offert un émouvant plaidoyer sur les réseaux sociaux afin que Sophie, qui est âgée de 3 mois, puisse voyager avec elle aux JO.

Gaucher, une maman de 37 ans de Mission, en Colombie-Britannique, a affirmé que le CIO ne lui laissait qu’un choix déchirant : rater les Jeux olympiques, ou passer 28 jours à Tokyo sans sa fille, toujours allaitée.

« Nous sommes très heureux qu’un grand nombre de mères puissent toujours prendre part à des compétitions de haut niveau, dont aux Jeux olympiques, a déclaré le CIO par communiqué. Nous sommes enchantés de savoir que le comité organisateur des Jeux de Tokyo a trouvé une solution pour permettre aux mères qui allaitent leurs enfants de les amener avec elles au pays. »

Le CIO avait précédemment tranché que les familles des athlètes ne pourraient pas se rendre à Tokyo en raison des restrictions liées à la pandémie de COVID-19, mais Gaucher a fait valoir que les représentants des médias de partout sur la planète pourront s’y rendre, comme un nombre limité de partisans japonais pourront assister aux compétitions.

« Les partisans japonais seront sur place, les arénas seront remplis à moitié de leur capacité et moi, je ne pourrais pas emmener ma fille ? », a demandé Gaucher.

« Nous avons tenté d’en appeler. Tout le monde dit être de notre côté, mais personne ne peut faire quoi que ce soit. Voyons voir si on peut faire bouger les choses. Nous sommes en 2021. Faisons en sorte que les mères au travail soient la normalité. »

Le Comité olympique canadien (COC) et Basketball Canada ont déclaré dans un communiqué commun la semaine dernière qu’ils « reconnaissent à quel point cette situation est difficile pour Kim ». Ils ont appuyé l’athlète, à sa demande.

« Dans tout autre scénario olympique, nous aurions trouvé une solution depuis longtemps. Les Jeux olympiques de Tokyo portent une attention sans précédent, avec raison, aux questions de santé et sécurité, ce qui inclut de fermer la frontière japonaise aux visiteurs d’outre-mer, ou à la famille et aux amis des athlètes. »

Le chef de la direction et secrétaire général David Shoemaker a déclaré par communiqué que le COC est « heureux que Tokyo 2020 ait approuvé [la] demande pour permettre aux mères qui allaitent d’avoir leurs enfants avec elles aux Jeux ».

« Nous sommes conscients de l’énorme pression subie par les Jeux de Tokyo afin de fournir aux participants et aux habitants du Japon un environnement sécuritaire, a-t-il ajouté. La pandémie a rendu plus compliqué chaque aspect des Jeux. D’assurer que les femmes qui allaitent soient en mesure de participer aux compétitions tout en prenant soin de leurs enfants n’est habituellement pas un problème dans des JO normaux. »

Gaucher participera à ses troisièmes Jeux olympiques à Tokyo. Elle est actuellement avec l’équipe nationale à Tampa, en Floride, où elle s’entraîne au même complexe utilisé par les Raptors de Toronto lors de la dernière saison de la NBA. Les restrictions liées à la COVID-19 en Alberta ont empêché l’équipe de s’installer à Edmonton, où elle est habituellement localisée.

Alex Morgan, joueuse vedette de l’équipe nationale américaine de soccer, a déclaré en avril qu’il était important de « donner le choix aux femmes d’emmener ou non leurs enfants avec elles quand elles sont en compétition. […] Si un enfant à moins de 1 ou 2 ans, il est peut-être encore allaité, alors c’est encore plus important ».

Morgan est accompagnée de sa fille Charlie, née en mai 2020, lorsqu’elle doit se déplacer pour des compétitions.