(Lausanne) Le nageur chinois Sun Yang a été suspendu pour quatre ans et trois mois, ce qui signifie qu’il ratera les Jeux olympiques de Tokyo.

Associated Press

Sun a été puni mardi pour avoir enfreint les règlements antidopage à la suite d’un nouveau procès devant le Tribunal arbitral du Sport (TAS).

La décision du tribunal a donc mis un terme aux espoirs du Chinois de défendre son titre olympique avec succès au 200 m libre le mois prochain au Japon. La punition est rétroactive à février 2020, ce qui signifie que Sun sera admissible à un retour à la compétition aux Jeux olympiques de Paris en 2024, alors qu’il sera âgé de 32 ans.

Les juges ont déterminé que Sun « a agi de manière irresponsable » lorsqu’il a refusé de laisser les responsables antidopage quitter sa résidence avec un échantillon sanguin.

La suspension initiale de huit ans imposée à Sun avait été invalidée l’an dernier par la Cour suprême suisse, qui avait ordonné la tenue d’un nouveau procès.

Les juges suisses avaient déterminé que le verdict du premier procès était biaisé, parce que le président du comité de trois juges du TAS avait émis des commentaires discriminatoires envers les Chinois sur les réseaux sociaux.

Le nouveau procès, qui s’est étalé sur trois jours le mois dernier, a été piloté par trois juges en visioconférence. Le processus s’est déroulé en accéléré puisque la cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo doit avoir lieu dans un mois, le 23 juillet.