(Tokyo) Les Jeux olympiques de Tokyo qui se mettront en branle à compter du 23 juillet seront uniques en leur genre. Tout comme son village des athlètes.

Stephen Wade Associated Press

Il n’y a qu’à penser à la « Clinique de la fièvre », un complexe érigé temporairement contenant une série de chambres isolées les unes des autres au cœur même du village situé dans la baie de Tokyo. C’est à cet endroit que les tests de dépistage seront effectués sur les athlètes et le personnel soupçonnés d’être infectés par la COVID-19.

C’est un lieu que tout le monde voudra éviter, contrairement à l’impressionnante cafétéria, le gymnase, ou encore la « salle à manger décontractée » où on servira des mets japonais tels que l’okonomiyaki (une crêpe aromatisée au poisson séché), les yakitoris (brochettes) ou encore le teppanyaki (mets cuisinés sur une plaque de cuisson en acier).

  • La cafétéria

    PHOTO BEHROUZ MEHRI, AGENCE FRANCE-PRESSE

    La cafétéria

  • Un exemple du menu disponible

    PHOTO BEHROUZ MEHRI, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Un exemple du menu disponible

  • Le gymnase

    PHOTO BEHROUZ MEHRI, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Le gymnase

  • Le centre de divertissement

    PHOTO KIM KYUNG-HOON, REUTERS

    Le centre de divertissement

  • Une chambre

    PHOTO AKIO KON, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Une chambre

  • Une salle de bain d'une chambre

    PHOTO AKIO KON, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Une salle de bain d'une chambre

  • La salle de conférence

    PHOTO EUGENE HOSHIKO, ASSOCIATED PRESS

    La salle de conférence

  • Le service de buanderie

    PHOTO BEHROUZ MEHRI, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Le service de buanderie

  • La banque

    PHOTO KIM KYUNG-HOON, REUTERS

    La banque

  • Une machine pour vérifier la température

    PHOTO KIM KYUNG-HOON, REUTERS

    Une machine pour vérifier la température

  • Une station de désinfectant des mains

    PHOTO BEHROUZ MEHRI, AGENCE FRANCE-PRESSE

    Une station de désinfectant des mains

1/11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les athlètes seront soumis à des tests de dépistage au quotidien au village, après avoir été testés à deux reprises avant leur départ, et de nouveau à l’arrivée à Tokyo. Un résultat inhabituel à un test effectué au village signifie que l’athlète ou le membre du personnel touché devra se rapporter au Dr Tetsuya Miyamoto, le directeur du Département des services médicaux du comité organisateur.

« S’ils obtiennent un résultat positif, alors ils seront transportés jusqu’ici », a expliqué le Dr Miyamoto, à l’occasion d’une visite offerte aux membres des médias dimanche à l’extérieur de la clinique.

PHOTO EUGENE HOSHIKO, ASSOCIATED PRESS

La « Clinique de la fièvre »

« Le patient sera soumis à une autre série de tests, et un échantillon sera prélevé de son orifice nasal. Ensuite, nous analyserons l’échantillon et confirmerons si ce patient est réellement infecté ou non », a-t-il ajouté.

Si c’est le cas, alors les patients qui sont asymptomatiques ou qui présentent des symptômes légers seront transportés vers « un hôtel de quarantaine » à l’extérieur du village. Les patients présentant des symptômes graves seront immédiatement transférés dans un hôpital du secteur.

Nous espérons qu’ils seront très peu [de cette catégorie]. Évidemment, il y aura tout un éventail de cas. C’est une maladie contagieuse. Il peut y avoir de la propagation [du virus]. Si ça se produit, alors le nombre de cas pourrait exploser.

Dr Tetsuya Miyamoto, directeur du Département des services médicaux du comité organisateur

Le village est gigantesque, mais n’est qu’un enchaînement de tours d’appartements qui surplombent la baie de Tokyo et qui seront vendus à des particuliers à la conclusion des Jeux olympiques et paralympiques.

PHOTO BEHROUZ MEHRI, AGENCE FRANCE-PRESSE

Vue sur les appartements des athlètes

Le village ouvrira officiellement ses portes le 13 juillet, soit 10 jours seulement avant le début des JO. Les athlètes devront porter le masque en tout temps dans le village — même s’ils sont vaccinés à deux reprises — et des affichent leur rappelleront constamment de respecter la distanciation physique, de se laver les mains régulièrement et de s’assurer que leur chambre soit ventilée adéquatement.