(Genève) L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a assuré vendredi faire confiance au Comité international olympique, au Japon et à la ville hôte Tokyo, pour faire les bons choix dans la gestion de la pandémie, simultanée à l’accueil des Jeux olympiques, reportés en 2020 à cause de la COVID-19.

Agence France-Presse

« La question n’est pas de savoir si nous aurons ou non des Jeux olympiques, mais de savoir comment gérer les risques individuels dans ce cadre », a déclaré Michael Ryan, directeur des urgences sanitaires de l’OMS, lors d’une conférence de presse à Genève.

L’OMS a voulu se montrer rassurante, en expliquant que certaines mesures relatives à la sécurité des athlètes, des spectateurs et des sites olympiques, ne pouvaient être prises qu’à l’approche des Jeux, dont l’ouverture est prévue le 23 juillet.

« Certaines de ces décisions ne peuvent être prises que plus près de l’évènement, car cela dépendra de la situation épidémiologique à ce moment-là. Ce n’est donc pas du tout un échec de la part des organisateurs de ne pas avoir pris certaines décisions », a déclaré M. Ryan.

Les organisateurs des JO n’ont pas encore décidé du nombre de spectateurs – s’il y en a – qui seront autorisés à assister aux Jeux, ceux venant de l’étranger étant déjà interdits d’accès.

L’état d’urgence viral a été prolongé vendredi à Tokyo, ainsi que dans d’autres régions du Japon, et des restrictions ont été imposées dans certaines régions, alors que le pays fait face à une recrudescence des cas de COVID-19.