(Lausanne) L’appel de la cavalière canadienne Nicole Walker, suspendue pour dopage, a été rejeté par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

La Presse Canadienne

La disqualification de l’équipe équestre canadienne des Jeux panaméricains de 2019 est ainsi maintenue, ce qui signifie que le Canada n’aura pas d’équipe aux Jeux olympiques d’été de Tokyo.

Le Canada a terminé quatrième aux Jeux panaméricains de Lima, au Pérou, pour se qualifier pour les Olympiques. La disqualification de Walker a fait chuter l’équipe au septième rang.

Walker a subi un test positif pour un métabolite de la cocaïne. L’athlète de 27 ans prétend qu’elle l’a ingéré par inadvertance en buvant du thé de coca.

Le Canada ne pourra envoyer qu’un cheval et un cavalier à l’épreuve individuelle à Tokyo.

Le TAS a entendu les appels de Walker et de Canada Équestre les 21 et 23 décembre. Il a rendu sa décision mardi.

L’équipe canadienne devait terminer parmi les quatre premières à Lima afin d’obtenir son billet pour Tokyo. C’est plutôt l’Argentine, originalement cinquième, qui y participera maintenant.

Walker a aussi perdu sa quatrième place au concours individuel des Jeux Panaméricains. Elle a affirmé l’an dernier n’avoir jamais consommé de drogues.

De la benzoylecgonine a été retrouvée dans les échantillons fournis par Walker le 7 août 2019, dernier jour des compétitions à Lima. La plante de coca contient des alcaloïdes qui peuvent être extraits pour concocter de la cocaïne.

Bien que la coca et ses feuilles soient interdites au Canada, le thé de coca est légal et consommé dans plusieurs pays d’Amérique du Sud.