(Tokyo) Le coût officiel des Jeux olympiques de Tokyo reportés a augmenté de 22 %, a révélé le comité organisateur lors du dévoilement de son nouveau budget.

Stephen Wade
Associated Press

Lors d’une conférence de presse en ligne, les organisateurs ont déclaré que les Jeux olympiques coûteraient 15,4 milliards US. C’est une augmentation par rapport aux 12,6 milliards du budget de l’année dernière.

Les 2,8 milliards de dollars supplémentaires représentent le coût du retard d’un an. Les dépenses proviennent de la renégociation des contrats et des mesures de lutte contre la pandémie de la COVID-19.

Les Jeux olympiques se mettront en branle le 23 juillet. Les Jeux paralympiques suivront le 24 août.

Les vérifications effectuées par le gouvernement japonais au cours des dernières années montrent cependant que les coûts sont plus élevés que ce qui est officiellement déclaré et sont d’au moins 25 milliards.

Tokyo avait estimé que les Jeux olympiques coûteraient environ 7,5 milliards lorsque le CIO a décerné les jeux en 2013. Une étude de l’Université d’Oxford cette année a déclaré que Tokyo était les Jeux olympiques d’été les plus chers jamais enregistrés.

« Les Jeux olympiques de Tokyo se déroulent dans un environnement très difficile », s’est justifié Toshiro Muto, le président du comité organisateur, interrogé sur les coûts records. Muto a suggéré que les jeux devraient être considérés comme un investissement plutôt que comme un coût.

Financement supplémentaire

Les autorités gouvernementales japonaises sont responsables de tous les coûts, à l’exception de 6,7 milliards dans un budget de fonctionnement financé par le secteur privé.

« Le CIO et le TOCOG (comité organisateur de Tokyo) veulent que le budget public paraisse aussi petit que possible non seulement pour se prémunir contre les critiques publiques, mais aussi pour ne pas décourager les futures villes candidates », a écrit Franz Waldenberger, directeur de l’Institut allemand d’études japonaises à Tokyo, dans un article récent sur les coûts olympiques.

Waldenberger a noté que le gouvernement de la ville de Tokyo et les branches du gouvernement central utilisent les Jeux olympiques comme « une fenêtre d’opportunité pour obtenir un financement supplémentaire.

En octobre, les organisateurs ont annoncé des réductions de coûts de 280 millions, éliminant le superflu. Cependant, aucune réduction n’a été faite au programme sportif avec un effectif complet de 11 000 athlètes et des dizaines de milliers d’officiels, de juges et de commanditaires attendus.

Muto a reconnu que le coût avait augmenté pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques et paralympiques. Les organisateurs doivent communiquer un chiffre plus tard dans la semaine. L’agence de presse japonaise Kyodo, citant des sources proches du comité, a rapporté que l’augmentation était d’environ 33 millions.

Les décisions concernant la présences de spectateurs et les mesures préventives de la pandémie devraient être prises au printemps. La réduction du nombre de spectateurs affectera la vente de billets, une source majeure de revenus.

Le Japon a mieux contrôlé la propagation de la COVID-19 que la plupart des pays avec 3000 décès attribués au virus. Cette étape a été franchie, mardi. De nouveaux cas se multiplient depuis un mois, ajoutant au scepticisme du public quant aux Jeux olympiques.

Intérêt très mitigé

Dans un sondage téléphonique de 1200 personnes dévoilé ce mois-ci par la chaîne japonaise NHK, 63 % ont déclaré que les Jeux olympiques devraient être de nouveau reportés ou annulés, contre seulement 27 % qui ont dit que les jeux devraient avoir lieu. Le sondage a été réalisé du 11 au 13 décembre.

Le CIO et les organisateurs locaux ont répété plusieurs fois que les Jeux olympiques seraient annulés s’ils ne peuvent pas avoir lieu l’été prochain.

Les organisateurs locaux tentent de récupérer une partie des coûts croissants en attirant davantage de revenus auprès des commanditaires nationaux. Environ 70 commanditaires ont déjà contribué pour un montant record de 3,3 milliards, sous l’impulsion de Dentsu Inc., la firme de marketing des Jeux olympiques de Tokyo.

Le journal Nikkei a rapporté la semaine dernière, citant des sources anonymes, que 15 commanditaires nationaux de premier plan ajouteraient environ 150 millions à leurs contributions.

Toutes les dépenses que le comité organisateur ne peut pas couvrir incomberont au gouvernement métropolitain de Tokyo.

Le budget montre que le Comité international olympique contribue 1,3 milliard pour couvrir les coûts des jeux.