Alexander Ovechkin avait le goût de parler des gardiens dimanche. Mais c'est bien plus de Jaroslav Halak que de ses coéquipiers José Théodore ou Semyon Varlamov dont il voulait parler.

François Gagnon LA PRESSE

«Après notre premier but, on a vu la main de Halak trembler pendant qu'il tenait sa bouteille pour prendre une gorgée d'eau. C'est clair qu'il était nerveux», a lancé le capitaine des Capitals qui a fait oublier sa torpeur du premier match en récoltant quatre points et en assénant huit mises en échec samedi.

Malgré la diversion tentée par Ovechkin, José Théodore demeurait au centre de l'attention médiatique à Washington dimanche.

Quelle est la situation de Théodore?

Il gardera à nouveau le filet des Capitals. Est-ce que ce sera lundi soir à Montréal? L'entraîneur-chef Bruce Boudreau n'a pas voulu le confirmer.

Mais si Théodore ne croise pas le Canadien dans le cadre du premier match au Centre Bell, il croisera sans l'ombre d'un doute son ancienne équipe dans un avenir rapproché.

«J'ai encore la plus grande confiance à l'endroit de José. Il a connu des passages difficiles déjà cette saison. Mais ils ont toujours été suivis de séquences exceptionnelles. Je ne vois pas pourquoi ce serait différent en séries», a lancé Boudreau qui a rencontré les journalistes alors que son équipe s'entraînait de l'autre côté de la baie vitrée.

Retiré de la rencontre après qu'il eut accordé des buts à Brian Gionta et Andrei Kostitsyn sur les deux premiers tirs du match de samedi, Théodore était sur la patinoire.

Tout comme son adjoint Semyon Varlamov qui a accordé trois buts sur 22 tirs dans la victoire de 6-5 en prolongation des Caps aux dépens du Canadien.Les séries avant le «party»

Alexander Ovechkin et quelques vedettes des Caps sont demeurés au vestiaire pendant l'entraînement optionnel qui a précédé une séance de vidéo à laquelle Boudreau a convié tous ses joueurs.

Une fois la leçon terminée, les douches prises et les valises bouclées, les Capitals ont mis le cap sur Montréal. Une ville fort appréciée d'Alexander Ovechkin qui y a souvent fait la fête.

«C'est une ville que j'aime, un très bon endroit pour jouer au hockey. Ce n'est pas le temps de faire le «party». Nous en sommes en séries. Je me sens bien. Beaucoup mieux qu'après le premier match. Il ne faut toutefois pas s'arrêter là», a répondu Ovechkin aux différentes questions qui lui ont été posées.

Théo espère jouer dès lundi

Encerclé de journalistes après l'entraînement, José Théodore a assuré qu'il était remis de sa déception reliée à son retrait rapide du filet.

«C'est bien sûr que j'aurais préféré continuer. Je me suis fait avoir sur une trajectoire papillon sur le premier but. Je devais toutefois faire l'arrêt. Après le deuxième, il fallait changer l'allure du match. Le fait que nous ayons vite marqué et que nous ayons gagné le match prouve que la décision était la bonne.»

Une fois ces aveux présentés, Théodore a insisté sur le fait qu'il aimerait avoir la chance de se reprendre dès lundi.

Même si ses anciens partisans l'attendent avec des Théo! Théo! Théo! Même s'il n'y a pas encore gagné depuis qu'il a quitté Montréal.

«Le Centre Bell demeure l'endroit où j'ai eu le plus de victoires, le plus de jeux blancs, le plus de premières étoiles. J'aime l'ambiance et les cris des amateurs ne me dérangeront pas du tout. Dans le temps, ils criaient le même nom dans des circonstances différentes. Ça me rappellera seulement de bons souvenirs.»

Bruce Boudreau est demeuré très vague quant à sa sélection du gardien partant.

«José a prouvé tout au long de cette année qu'il est facilement capable de chasser de son esprit les mauvaises sorties et tous les tracas qui le minent à l'extérieur de la patinoire. Cette grande capacité facilite mon travail. Je peux le retirer rapidement sans craindre que cela l'affecte et le ramener aussi vite en sachant qu'il sera prêt. On prendra une décision lundi.»