Source ID:; App Source:

Kotkaniemi reconnaît avoir eu une première sortie difficile

Après la défaite de 4-0 aux mains des... (Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

Agrandir

Après la défaite de 4-0 aux mains des recrues des Sénateurs d'Ottawa, Kotkaniemi ne s'est pas défilé et a affronté les nombreux journalistes avec aplomb.

Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Laval

Lors de sa rencontre avec les médias vendredi matin, Joël Bouchard avait suggéré aux journalistes de pondérer leurs attentes envers Jesperi Kotkaniemi. En le voyant à l'oeuvre en soirée, il s'agissait d'un sage conseil.

Pendant que Brady Tkachuk s'est mis en évidence avec deux des quatre buts de son équipe, Kotkaniemi, choisi tout juste devant lui en juin dernier, a été incapable de se démarquer.

La deuxième période a été particulièrement difficile alors qu'il a été sur la glace pour deux des trois buts adverses. Pour l'autre, le Finlandais de 18 ans était assis au banc des punitions après avoir été pris en défaut pour avoir accroché alors que l'équipe jouait déjà à court d'un homme.

Après la défaite de 4-0 aux mains des recrues des Sénateurs d'Ottawa, Kotkaniemi ne s'est pas défilé et a affronté les nombreux journalistes avec aplomb.

«C'est certain que ça n'a pas été mon meilleur soir aujourd'hui. Je pense que ça va me prendre un petit peu de temps pour m'habituer à ce (style de) jeu. C'est un peu différent, mais je pense que je vais y arriver.»

Pour Kotkaniemi, il s'agissait d'une rare sortie sur une surface de jeu nord-américaine. Bouchard y avait fait allusion vendredi matin.

«Je me sentais un peu bizarre. Évidemment, c'était un premier match en Amérique du Nord, et c'est quelque chose de nouveau pour moi. Mais je pense que j'ai été meilleur lors de chaque période.»

Informé des commentaires de Kotkaniemi à ce sujet, Bouchard n'a pas été étonné.

«On n'est pas surpris parce que c'est une réalité. Des joueurs comme lui, comme (Lukas) Vejdemo, viennent en Amérique du Nord pour la première fois et doivent s'adapter à la patinoire plus petite.

À la décharge de Kotkaniemi, il n'a pas été le seul espoir du Tricolore à être invisible, alors que la troupe de Bouchard avait été limitée à neuf tirs contre Filip Gustavsson après 40 minutes contre 25 pour les Sénateurs. Gustavsson n'a fait face qu'à six rondelles en troisième période pour compléter le jeu blanc.

Pourtant, Bouchard n'avait rien de négatif à dire de ses joueurs. Bien au contraire.

«Ce soir, face à une formation beaucoup plus mature que la nôtre, j'ai trouvé que nos gars se sont accrochés, qu'on a progressé dans le match. Pour moi, la troisième période a été notre meilleure période. Nos jeunes ont fait des erreurs en première, en deuxième et quand le même jeu arrivait au même joueur, il ne l'a pas répétée, a analysé Bouchard.

«C'est ça un camp pour de jeunes recrues, c'est de vivre des expériences. Et comme je leur ai dit, ils n'ont jamais abandonné, ça n'a jamais été un manque d'effort, ç'a été un manque d'expérience, un manque de force physique, un manque de vécu. Mais à travers ce match-là, j'ai trouvé qu'on a progressé quand même et c'est ce que je leur ai dit dans le vestiaire.»

Evans conscient

Le match a été assombri par une inquiétante blessure à Jake Evans, l'un des beaux espoirs du Canadien. Avec 12:49 à jouer à la troisième période, Evans a été durement frappé à la hauteur de la mâchoire par le défenseur québécois Jonathan Aspirot alors qu'il entrait en zone adverse avec la rondelle.

Evans s'est lourdement effondré sur la glace et est demeuré étendu pendant de longues minutes avant d'être transporté hors de la patinoire sur une civière. Aucune pénalité n'a été appelée sur le jeu.

Peu après la rencontre, le Canadien a indiqué sur Twitter qu'Evans a été amené à l'hôpital pour d'autres examens. Il était conscient et pouvait bouger ses membres.

Alors que Koktaniemi a qualifié de salaud le coup d'Aspirot et ajouté que ça n'avait pas sa place au hockey, Bouchard a refusé de s'aventurer sur ce terrain. Pour lui, rien d'autre n'importait que l'état de santé du jeune joueur.

«On n'a pas tous revu le coup et ça ne donne rien d'en discuter. Je ne pense pas qu'il soit parti d'un côté à l'autre de la glace et que ce fut un jeu sauvage. La santé du joueur, pour moi, est la seule chose qui importe en ce moment, a insisté Bouchard. Et la bonne nouvelle, c'est qu'il est parti d'ici conscient, on l'a vu bouger ses membres sur la glace. On va laisser ça comme ça pour l'instant. Ç'a été une capsule dans le match qui a été un moment émotif pour tout le monde, les deux équipes et les gens dans les estrades. Maintenant, on va penser au joueur et on va s'assurer qu'à travers ça, il progresse tranquillement.»

Les recrues du Canadien compléteront le tournoi en affrontant leurs homologues des Maple Leafs de Toronto dimanche après-midi. Samedi après-midi, les Sénateurs et les Maple Leafs croiseront le fer.




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer