Le directeur général et entraîneur-chef du Junior de Montréal, Pascal Vincent, le sait trop bien: c'est cette année ou jamais pour son équipe en séries éliminatoires. Vincent et son organisation ont sacrifié de la jeunesse - entre autres Guillaume Asselin et un choix de première ronde en retour de Louis Leblanc - pour se bâtir une puissance en prévision de cet hiver.

Mis à jour le 24 mars 2011
Mathias Brunet LA PRESSE

Mais la majorité des joueurs importants de l'équipe ne seront pas de retour l'an prochain. «Si on ne gagne pas cette saison, il faudra attendre quelques années après un autre cycle de reconstruction», dit Vincent.

Le Junior a répondu aux attentes jusqu'ici. Il a terminé deuxième au classement général derrière Saint John avec une fiche de 46-12-5-5. «Les Sea Dogs seront favoris contre chacun de leurs adversaires, mais si on avait à les affronter demain matin en finale, on pourrait être aussi confiants qu'eux de l'emporter. Mais c'est un club bien dirigé par Gerard Gallant et ils ont bien repêché ces dernières années. Normand Gosselin a fait un travail colossal.»

Mais des surprises surviennent toujours en séries. «Il y a un groupe de quatre, cinq ou même six clubs qui peuvent espérer gagner. Parmi eux Québec, Drummondville et Gatineau. Les Voltigeurs de Drummondville pourraient faire des dommages. C'est une équipe que les gens ont sous-estimée en début de saison; ils n'ont pas estimé à sa juste valeur l'effet Sean Couturier. L'équipe compte encore sur un bon noyau de joueurs avec lesquels ils ont gagné. Le grand manitou derrière tout ça demeure le DG Dominic Ricard. Il va chercher les bons morceaux au bon moment. Et il y a les Remparts. Si j'étais l'entraîneur de cette équipe, je me dirais que j'ai une chance de gagner cette année.»

Pascal Vincent vient de finaliser la phase psychologique avec ses joueurs et il espère que ceux-ci ne prendront pas les Mooseheads d'Halifax à la légère. «Ils ne doivent pas écouter ce qu'ils peuvent entendre même si on a terminé l'année avec une cinquantaine de points de plus que les Mooseheads. Mais on a quand même un club de vétérans qui ont l'expérience des séries et de la préparation physique et psychologique. Philippe Lefebvre et Charles Landry ont participé à la Coupe Memorial. Charles-Olivier Roussel a joué contre Drummondville (en finale) avec Shawinigan, Louis (Leblanc) a vécu le Championnat mondial junior. Nous avons eu du succès dans les situations de pression.»

Vincent ne déplore pas trop de blessés, si ce n'est Viktor Hertzberg, qui connaissait des moments intéressants à la gauche de Leblanc, ainsi que Philippe Fontaine et deux recrues.

Quelques joueurs à surveiller chez le Junior: Philippe Lefebvre, de l'organisation du Canadien, le défenseur Xavier Ouellet, qui pourrait être repêché dans les premières rondes, Charles-Olivier Roussel, choix de deuxième ronde des Predators, Louis-Marc Aubry, choix des Red Wings, le gardien Jean-François Bérubé, espoir des Kings, et évidemment le choix de première ronde du Canadien en 2009, Louis Leblanc, qui a terminé la saison avec 58 points en 51 matchs.

«Louis a explosé après son passage à vide, dit Vincent. Avec tout ce qu'il a vécu depuis un an, j'ai toujours dit qu'on verrait le meilleur de lui en mars et lors des séries éliminatoires.»