On ne pourra jamais accuser Roberto Luongo de se cacher. Hier soir, même après une soirée ô combien difficile au TD Garden, le gardien des Canucks a bien voulu faire face aux médias... et aux questions fatigantes.

Richard Labbé LA PRESSE

Et il ne s'est pas cherché d'excuses non plus.

> Le sommaire du match

«C'est sûr, il faut que je fasse une couple d'arrêts en début de match, a-t-il dit, concernant les deux premiers buts des Bruins. On avait le temps de revenir dans le match. Sur le premier but des Bruins (celui de Brad Marchand), je dois réussir l'arrêt.»

Le gardien québécois a juré qu'il n'était pas nerveux. «Non. Je me sentais très bien, excité, j'avais hâte à ce match-là. Je n'étais pas plus nerveux que d'habitude. Maintenant, il faut oublier tout ça et passer au prochain match. Je crois en moi-même, vous savez? C'est important.»

On a remarqué que Shawn Thornton a dit quelques mots à Luongo avant le match, et on devine qu'il ne s'agissait pas d'une invitation à un prochain party de piscine. «Je ne peux pas répéter ça devant les caméras», s'est contenté de dire le gardien des Canucks.

Confiance pas ébranlée

Malgré cette courte soirée de travail, malgré ces trois buts sur seulement huit tirs, les joueurs des Canucks, évidemment, ont tous exprimé leur soutien pour le collègue masqué.

«On a déjà hâte d'être au septième match, a dit l'attaquant Manny Malhotra. Roberto a eu des matchs où il s'est racheté auparavant, notre confiance en lui n'est pas ébranlée.»

Même son de cloche du côté d'Henrik Sedin, qui n'a pas voulu pointer son gardien du doigt. «Le premier but, c'était un bon tir, et leur troisième but en avantage numérique, c'était un but chanceux», a-t-il expliqué.

L'entraîneur Alain Vigneault, lui, s'attend à un gros match de la part de son gardien demain soir.

«Je ne lui ai pas parlé. Pas besoin. Roberto est un professionnel, il va être prêt pour le septième match. Je l'ai retiré, parce que je croyais que c'était la chose à faire à ce moment-là, c'est tout.»

Blessure sérieuse pour Raymond?

Du reste, personne chez les Canucks ne savait trop à quoi s'attendre dans le cas de l'attaquant Mason Raymond, sorti du match par un plaqué de Johnny Boychuk. On racontait hier soir que la blessure était sérieuse, et les Canucks étaient furieux. «On a dû composer avec les blessures auparavant, on va le faire une autre fois», s'est borné à dire Alain Vigneault.

Le mot de la fin revient certes à l'autre Sedin, Daniel, qui y est allé d'une petite prédiction à la Mark Messier.

«On gagne en équipe, on perd en équipe, et on va gagner le septième match», a-t-il lancé.

Ça promet.