Lorsque Teddy Purcell a marqué le premier but du Lightning après seulement 36 secondes de jeu lors du match de mercredi, les partisans ont fait vibrer le St. Pete Times Forum et se sont mis à croire non seulement à la victoire, mais à une place en finale de la Coupe Stanley.

Mis à jour le 27 mai 2011
François Gagnon LA PRESSE

Derrière le banc du Lightning, Guy Boucher était loin d'être aussi optimiste. Il était même inquiet. Une inquiétude compréhensible quand on considère qu'après ce premier but, son équipe s'est retrouvée avec un recul de 2-1 avant la fin du premier tiers.

«Que ce soit comme joueur ou comme entraîneur, j'ai toujours détesté et redouté les effets pervers d'un premier but marqué trop rapidement. On prépare notre équipe pour qu'elle soit d'attaque dès le début du match, pour qu'elle marque le premier but. Mais quand il vient trop vite, on dirait que nos joueurs se mettent alors à croire que la soirée sera facile et l'autre équipe en profite pour rebondir. Il arrive souvent que ça nous saute en pleine face et là, nous devons faire toute une job psychologique pour relancer l'équipe», a dit Boucher après la victoire de 5-4.

Le déroulement de la finale de l'Association de l'Est, qui prendra fin ce soir à Boston, tend à donner raison à l'entraîneur-chef du Lightning. Pleinement.

Après avoir surpris les Bruins dès le premier match de la finale avec un gain de 5-2, le Lightning a ouvert la deuxième partie avec un but rapide. Treize secondes seulement étaient écoulées lorsque Adam Hall a donné les devants 1-0 à Tampa. Les Bruins l'ont finalement emporté 6-5.

Dans le quatrième match, le Lightning a comblé un retard de 0-3 pour l'emporter 5-3. Inversement, lors de la rencontre suivante, Simon Gagné a donné un coup de poing au visage des Bruins en marquant dès la 69e seconde du match. Si leurs partisans ont été assommés, les joueurs des Bruins ont su se relever pour se sauver avec un gain de 3-1.

«Lorsque nous sommes revenus au vestiaire après la première du sixième match, j'ai dû servir aux joueurs le même genre de discours que j'avais fait samedi dernier quand on perdait 3-0. D'une certaine façon, c'était plus facile samedi parce qu'on n'avait rien fait de bon en première. Là, on venait encore de gaspiller un premier but rapide. Nous nous sommes très bien tirés d'affaire, mais ça démontre à quel point des petits détails peuvent nous faire très mal ou nous sauver. Ce soir, ça a tourné du bon bord», a conclu Boucher après son point de presse.

Malgré ces deux revirements de situation face aux Bruins, le Lightning affiche tout de même un dossier de 9-2 lorsqu'il marque le premier but. Les Bruins (7-1) le devancent tout juste, alors que les Canucks de Vancouver (8-2) lui soufflent dans le cou.

À l'échelle de la LNH, le premier but du match a propulsé les clubs qui l'ont marqué vers 60 victoires. Ces équipes ont perdu 20 fois seulement.