Les défenseuses Amanda Boulier et Mariah Keopple, ainsi que la gardienne Elaine Chuli, ont prolongé leur entente avec l’équipe de Montréal.

Boulier s’est entendue pour deux saisons, alors que Keopple et Chuli ont prolongé pour une seule saison.

Ces signatures ne sont pas une surprise. Boulier, acquise dans l’échange envoyant Tereza Vanisova à Ottawa à la date limite des échanges, a amélioré la défensive montréalaise en fin de la campagne. En six rencontres de saison régulière dans la métropole, elle a préparé trois buts. À Ottawa, la défenseuse de 31 ans avait inscrit un but et cinq passes en 17 matchs.

PHOTO MARK STOCKWELL, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

La défenseuse Amanda Boulie

« L’arrivée d’Amanda la saison dernière s’est avérée un élément stabilisateur au sein de notre unité défensive et son retour sera assurément apprécié dans notre vestiaire », a commenté Danièle Sauvageau par voie de communiqué.

Keopple, de son côté, a connu une amélioration significative en cours de saison. La native du Wisconsin, qui a été invitée au camp d’entraînement à l’automne dernier, a amassé trois aides en 24 parties ; elle s’est imposée, à partir du milieu de la saison surtout, comme une des bonnes défenseuses de l’équipe, évoluant aux côtés de la vétérane Erin Ambrose sur la première paire.

« Mariah a beaucoup progressé au cours de son année recrue et cela ne pourra que s’accentuer au cours des prochaines années », de dire la directrice générale à son sujet.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, ARCHIVES LA PRESSE

La gardienne Elaine Chuli

Avec la sélection de Cayla Barnes au premier tour du dernier repêchage, le retour d’Ambrose, Boulier et Keopple, on a déjà une bonne idée de la brigade défensive que présentera Montréal.

De son côté, Chuli a été impériale chaque fois que l’équipe a fait appel à elle cette saison. La gardienne de 30 ans, qui secondait Ann-Renée Desbiens, a remporté six des huit matchs qu’elle a entamés, conservant une moyenne de buts alloués de 1,61 et un pourcentage d’efficacité de ,949.

« Elaine a démontré qu’elle se trouve parmi les l’élite de la LPHF et nous sommes extrêmement choyées qu’elle soit de retour avec nous, d’autant plus que nous disputerons encore plus de rencontres la saison prochaine », a noté Sauvageau.

La directrice générale a jusqu’au 21 juin afin d’offrir des prolongations de contrat à ses joueuses.