Quand Kent Hughes l’a appelé pour lui dire que les Blackhawks de Chicago avaient demandé la permission de pouvoir discuter avec lui, Luke Richardson a été intrigué.

Publié le 29 juin
Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

L’homme de 53 ans, adjoint chez le Canadien depuis 2018, n’avait jamais été un entraîneur-chef à temps plein dans la LNH auparavant, mais sa brève expérience à ce titre, derrière le banc du Canadien, l’avait mené à espérer que ça se poursuive un de ces jours.

« À Montréal, j’ai été chanceux de pouvoir être derrière le banc avec quelques bons entraîneurs et aussi un très bon directeur général en Marc Bergevin, a-t-il expliqué en conférence de presse mercredi, de Chicago. Claude Julien était un coach d’expérience, et j’ai ensuite pu travailler avec Dominique Ducharme et Martin St-Louis, lui-même un ancien coéquipier. Il a une vision de joueur élite, et j’ai pu apprendre à ses côtés…

« Mais il y a un an, lors des séries, la COVID-19 a frappé [Dominique Ducharme], et ça m’a donné l’occasion de devenir le coach… et cette expérience m’a apporté de la confiance. Ça m’a démontré que j’étais prêt à un travail d’entraîneur-chef dans cette ligue. »

Quand on a gagné notre série contre Vegas avec le Canadien, pour moi, ç’a vraiment été la preuve que j’étais capable de faire ce travail.

Luke Richardson

La direction des Blackhawks est bien d’accord, de toute évidence, puisque Richardson a été embauché à titre de nouvel entraîneur-chef du club de Chicago, prenant ainsi la place de l’entraîneur-chef par intérim Derek King, qui avait lui-même pris la place de Jeremy Colliton, limogé plus tôt cette saison après seulement 12 rencontres.

Richardson, natif d’Ottawa, a connu une longue carrière de 21 saisons à titre de défenseur dans la LNH, avant de tenter sa chance comme adjoint chez les Sénateurs en 2009-2010. Il a ensuite été entraîneur-chef des Senators de Binghamton, dans la Ligue américaine, pendant quatre ans.

Il s’était joint au Canadien en juillet 2018, à la demande de Marc Bergevin et de Claude Julien.

En entrevue avec La Presse mardi, le jeune défenseur Jordan Harris, du Canadien, a eu ceci à dire au sujet du nouveau pilote des Blackhawks : « C’est un entraîneur qui fait confiance à ses joueurs, et en retour, il met ses joueurs en confiance. J’ai lu récemment que tous les gars du Canadien l’aimaient, et je peux vous dire que c’est vrai ! »

« Un pas à la fois… »

Les patrons des Blackhawks ont eu leur homme, manifestement.

« Kyle [Davidson, le DG] m’a fait venir ici il y a quelques semaines, on a parlé pendant environ quatre heures, mais ça ne m’a pas paru long du tout, a ajouté Richardson. Les décideurs ici m’ont mis à l’aise, et ensuite, j’ai reçu un autre appel de Kyle pour me demander de revenir, et ce soir-là, on est allés souper, et on a regardé un match de la finale de la Coupe Stanley. Ils voulaient sans doute voir ce que je pensais du jeu, et je me suis senti confiant et à l’aise. »

PHOTO DAVID BANKS, USA TODAY SPORTS

Kyle Davidson et Luke Richardson

Un peu comme à Montréal avec Martin St-Louis, à Chicago, on ne s’attend pas à ce que l’arrivée d’un nouvel entraîneur transforme l’équipe en championne en un claquement de doigts.

Mais Richardson ne se formalisera pas trop des victoires ou des défaites. Pour le moment, du moins.

« J’ai déjà vécu ces situations comme joueur, comme adjoint… je sens que je suis à l’aise avec l’idée de développer des joueurs et d’être patient avec eux. Je suis un optimiste, je veux gagner chaque match, mais il faut y aller un pas à la fois… »

En savoir plus

  • 1486
    Nombre de matchs disputés par Luke Richardson dans la LNH en tant que joueur
    SOURCE : LNH