(Laval) Le Rocket de Laval a donné un bon spectacle à se partisans de la Place Bell, vendredi soir, en défaisant le Wolf Pack de Hartford par la marque de 7-4. Joël Teasdale et Brandon Gignac ont récolté quatre points chacun dans la victoire.

Publié le 18 mars
La Presse Canadienne

Teasdale a marqué trois buts en plus de récolter une mention d’aide alors que Gignac a touché la cible une fois en plus de fournir trois aides. Le Rocket (27-21-3-0) a ainsi mis fin à une séquence de deux revers.

Jean-Sébastien Day, Rafaël Harvey-Pinard et Kevin Roy ont inscrit les autres buts du Rocket.

Cayden Primeau a mérité la victoire en repoussant 28 tirs.

Dans le camp du Wolf Pack (27-20-5-2), on a encaissé un quatrième revers de suite. Zac Jones, Ty Ronning, Anthony Greco et Tanner Fritz ont trouvé le fond du filet.

C’est l’ancien gardien du Canadien de Montréal Keith Kinkaid qui a entrepris le match devant la cage de Harford. Il a accordé trois buts sur cinq lancers avant de céder sa place à Adam Huska en milieu de première période. Ce dernier a effectué 19 arrêts en relève.

Deuxième période payante

Day a ouvert la marque en avantage numérique à 2 : 27 en première période sur le premier tir du match du Rocket après une punition décernée au gardien Kinkaid. Jones a répliqué pour le Wolfpack quatre minutes plus tard.

Teasdale a redonné les devants aux locaux en récupérant un retour de lancer lors d’une attaque en surnombre avant de voir Ronning créer à nouveau l’impasse en avantage numérique.

Puis, Harvey-Pinard a inscrit le troisième but des siens à mi-période, mais l’indiscipline a rattrapé le Rocket quand Greco a fait 3-3 sur l’attaque à cinq.

En deuxième, le Rocket a poursuivi sur sa lancée offensive alors que la source s’est tarie pour le Wolfpack.

Roy, Teasdale et Gignac ont frappé coup sur coup pour donner une avance de trois buts à la troupe de Jean-François Houle.

Au troisième engagement, Teasdale a complété son tour du chapeau en enfilant le septième but du Rocket à 7 : 52. Il s’est retrouvé complètement seul dans l’enclave, où il a eu tout le temps de décocher un tir précis pour battre Huska.

Fritz a ramené l’écart à trois buts avec un peu plus de cinq minutes à faire, mais ce fut trop peu trop tard.