Au fil des défaites, de nombreux fans s’accrochent aux moindres paroles des nouveaux patrons, Jeff Gorton et Kent Hughes : reconstruction, réinitialisation, changements cosmétiques… que feront ils ces prochains mois ?

Publié le 28 janvier
Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

L’exemple du Wild du Minnesota, dirigé par le bon ami de Hughes, Bill Guerin, suggère des changements progressifs.

Gorton, lui, a opéré une reconstruction agressive chez les Rangers de New York. L’équipe occupait le 23e rang du classement général en février 2018 lorsque Gorton a annoncé aux partisans une reconstruction par l’entremise d’une lettre rendue publique.

L’équipe vieillissait et la banque d’espoirs n’était pas très garnie. New York n’avait pas repêché une seule fois en première ronde en quatre séances entre 2013 et 2016, et seulement deux fois en deuxième ronde.

Quatre ans plus tard, les Rangers sont sixièmes au classement général, à cinq petits points de la tête.

En quoi a consisté cette reconstruction ? Gorton avait déjà commencé le travail en juin 2017 en échangeant l’un de ses meilleurs compteurs, Derek Stepan, 27 ans, et le gardien Antti Raanta, aux Coyotes de l’Arizona pour le défenseur Tony DeAngelo et un choix de première ronde en 2017 (Lias Andersson).

À la date limite des échanges en février 2018, le vétéran et joueur de location Rick Nash, 33 ans, est passé aux Bruins de Boston pour un choix de première ronde en 2018 (K’Andre Miller), Matt Belesky, Ryan Spooner et Ryan Lindgren.

Le lendemain, le capitaine Ryan McDonagh, 28 ans, et l’attaquant J. T. Miller, presque 25 ans, passaient au Lightning pour un choix de première ronde en 2018 (Nils Lundkvist), un choix de deuxième ronde en 2019 (Karl Henriksson), Vladislav Namestnikov, Libor Hajek et Brett Howden.

Gorton a poursuivi le travail en 2019 en échangeant l’un de ses meilleurs compteurs et éventuel joueur autonome sans compensation, Mats Zuccarello, 31 ans, aux Stars de Dallas pour des choix de deuxième ronde en 2019 (Matthew Robertson) et de troisième ronde en 2020 (Oliver Tarnstrom). Deux jours plus tard, au tour d’un autre éventuel joueur autonome, Kevin Hayes, de passer aux Jets de Winnipeg pour un choix de première ronde et Brendan Lemieux.

Les Rangers ont terminé au 26e rang du classement général en 2018-2019 et joué de chance (ou pas) en remportant le deuxième prix à la loterie. Ils ont repêché éventuellement Kappo Kakko.

Avec une masse salariale désormais réduite et plusieurs choix en banque, le DG des Rangers était déjà prêt pour le redressement. Quelques mois après l’échange de Hayes, il a redonné aux Jets leur choix de première ronde et le défenseur Neil Pionk pour Jacob Trouba, originaire du Michigan. Celui-ci n’entendait pas signer de prolongation de contrat à Winnipeg, mais à New York, oui. Peu de temps après la transaction, il s’est entendu avec Gorton pour un contrat de 7 ans d’une valeur de 56 M$.

Dans la même foulée, Gorton a mis la main sur les droits du défenseur Adam Fox, originaire de New York, pour deux choix de deuxième ronde. Fox a d’abord refusé de signer un contrat avec les Flames de Calgary, qui l’avaient repêché, puis les Hurricanes de la Caroline. Il voulait jouer à New York.

Cette même année 2019, le joueur le plus convoité sur le marché des joueurs autonomes, Artemi Panarin, déménageait à New York avec en poche un contrat de sept ans pour 81 M$.

New York a terminé au 18e rang du classement général en 2019-2020, mais en perdant au tour préliminaire dans une formule de séries éliminatoires adaptée à la pandémie, ils ont obtenu une chance de remporter la loterie et le sort leur a été favorable à nouveau. Ils ont repêché Alexis Lafrenière au premier rang.

Un différend avec le propriétaire a mené au congédiement de Gorton et du président John Davidson en mai 2021.

Où en sont les Rangers aujourd’hui ? Artemi Panarin, Adam Fox, Mika Zibanejad (obtenu dans un brillant échange de Gorton pour Derick Brassard en 2016), Chris Kreider (repêché en 2009), Jacob Trouba, Ryan Strome (obtenu dans un échange pour Ryan Spooner, un joueur qui se cherchait à l’époque, comme Strome) et le gardien Igor Shesterkin, repêché en 2014, en sont les locomotives.

Ryan Lindgren et K’Andre Miller, obtenus dans l’échange de Nash, ont solidifié la défense, mais les autres fruits de la reconstruction n’ont pas d’impact. Ils sont tous déjà partis ou, comme dans le cas de Lafrenière, Kakko et Lundkvist, poursuivent leur développement.

Et qui sait, si les Rangers n’avaient pas remporté la loterie en 2019 et 2020, s’ils ne se seraient pas retrouvés avec un prix de « consolation », Moritz Seider ou Trevor Zegras, Lucas Raymond ou Jamie Drysdale, quatre joueurs repêchés par Detroit et Anaheim.

Jeff Gorton a accompli un travail extraordinaire au cours de ses années avec les Blue Shirts, il faut le souligner, mais aussi garder en tête le contexte différent entre les marchés de Montréal et de New York quand on rêve à une « reconstruction » semblable à celle des Rangers. Les Panarin, Fox et Trouba de ce monde n’accourront pas nécessairement à Montréal pour signer un contrat à long terme, et la banque d’espoirs du CH est nettement plus garnie que celle de New York en 2018.

À suivre…

Une embauche controversée à Edmonton

L’arrivée d’Evander Kane chez les Oilers d’Edmonton n’est pas sans soulever une controverse. Le talent de Kane ne ment pas, mais ses frasques sont trop nombreuses pour les énumérer. Et les fans des Oilers souhaitaient d’abord obtenir un solide gardien avant un attaquant fauteur de trouble. Kane a néanmoins produit à un rythme de 32 buts et 72 points l’an dernier à San Jose et son arrivée permettra peut-être à Ken Holland d’échanger l’un de ses jeunes ailiers pour obtenir le gardien tant espéré. Cela dit, les Oilers ont remporté leurs trois derniers matchs au cours desquels Mikko Koskinen a accordé seulement sept buts. Ils se retrouvent aujourd’hui à seulement deux points des Flames de Calgary et d’une place en séries. Ils sont aussi à huit points d’Anaheim et du deuxième rang dans la section Pacifique… avec sept matchs de plus à disputer !

À ne pas manquer !

1- Gigantesque victoire du Canada contre le Honduras jeudi soir dans sa quête d’une qualification pour la Coupe du monde de soccer. L’analyse de Jean-François Téotonio.

2- La défaite du Canadien jeudi soir n’a rien fait pour rassurer les fans sur la situation des gardiens. Simon-Olivier Lorange se penche sur la question.

3- Une Lavalloise brille au curling. Le saviez-vous ? Nicholas Richard nous dresse son portrait.